Gazette Drouot logo print

Au Centre Pompidou-Metz, le design s’inspire du vivant

Publié le , par Virginie Chuimer-Layen

Chronologique et thématique, cette exposition de 400 pièces de quatre-vingt-dix créateurs explore la manière dont le design s’est emparé de la nature pour renouveler son propre vocabulaire et, au fil du temps, pour collaborer avec elle. La première des dix salles plonge le visiteur dans le royaume du merveilleux et de l’étrange...

Alvar Aalto  (1898-1976), Chaise longue n° 39, 1936, musée national d’Art moderne.... Au Centre Pompidou-Metz, le design s’inspire du vivant
Alvar Aalto  (1898-1976), Chaise longue n° 39, 1936, musée national d’Art moderne.
© Alvar Aalto Foundation / Photo : Centre Pompidou, MNAM-CCI / Bertrand Prévost / Dist. RMN-GP

Chronologique et thématique, cette exposition de 400 pièces de quatre-vingt-dix créateurs explore la manière dont le design s’est emparé de la nature pour renouveler son propre vocabulaire et, au fil du temps, pour collaborer avec elle. La première des dix salles plonge le visiteur dans le royaume du merveilleux et de l’étrange avec Grotto II, œuvre monumentale en 3D des architectes Michael Hansmeyer et Benjamin Dillenburger. Les suivantes valorisent l’attrait des avant-gardes pour les formes naturelles. Avec Alvar Aalto, Charles et Ray Eames, Arne Jacobsen, il est en effet question de biomorphisme, de design organique tel que le montre aussi la Table en forme de Charlotte Perriand, usant du sapin comme matière et source d’inspiration formelle. Viennent les années 1960, inventant une nature artificielle et pop, que reflètent pour exemples la chaise Tulipe d’Eero Saarinen ou le fauteuil Girolle de Jean-Pierre Laporte. Peu à peu, le public prend la mesure de la mutation du concept chez les designers. Dans les années 1980 et au-delà, Andrea Branzi intègre une branche de bouleau à son étagère Tree 5, prolongement de ses recherches sur un artisanat associé aux techniques industrielles. Aujourd’hui, on recrée numériquement l’environnement, mais on inclut aussi des micro-organismes à l’impression 3D. On ne parle plus de nature mais de «vivant» et de «biomatériaux» à l’empreinte carbone négative. Ponctuée par la première présentation de l’intégralité du fonds Serge Mouille et d’une salle dédiée au «rêve urbain» des frères Bouroullec, cette proposition de Marie-Ange Brayer – conservatrice au musée national d’Art moderne – et Olivier Zeitoun, du Centre Pompidou, est dense par le volume d’œuvres et les questions satellites. Un seul bémol : en 2019, plusieurs de ces objets ont déjà été vus à l’exposition «Design et Merveilleux» au MAMC+ Saint-Étienne, conçue par la même commissaire. On aurait aimé en découvrir d’autres.

Centre Pompidou-Metz,
1, parvis des Droits-de-l’Homme, Metz (57), tél. 
: 03 87 15 39 39,
Jusqu’au 6 février 2023.
www.centrepompidou-metz.fr
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne