Art Paris, la foire première de cordée

Le 02 septembre 2021, par Annick Colonna-Césari

La foire Art Paris ouvre la saison, et tire sa carte du jeu en attirant de plus en plus de galeries prestigieuses.

© Patrick Tourneboeuf pour la RMN

C’est Art Paris qui va inaugurer, pour les foires, le Grand Palais Éphémère, installé sur le Champ-de-Mars avec vue imprenable sur la tour Eiffel. Pour la joie de Guillaume Piens, le directeur artistique de l’événement, car ce spectaculaire bâtiment signé Wilmotte incarne selon lui le « renouveau culturel » que vit en ce moment la capitale française. Et même si plane encore l’ombre du Covid-19, la situation n’est en rien comparable à celle de l’année 2020, durant laquelle où il avait dû se battre jusqu’au cœur de l’été pour que la foire puisse avoir lieu en septembre, dans les meilleures conditions possibles. Ce qui fut le cas, puisqu’elle s’était déroulée au beau milieu d’une accalmie sanitaire quasi miraculeuse. Pour cette 23e édition, tout est programmé pour assurer une sécurité maximale : présentation du passe sanitaire ou de test, respect des jauges et port du masque.
40 % de nouveaux participants
Quoi qu’il en soit, ainsi que l’explique Guilaume Piens, «le Grand Palais Éphémère ne dispose pas d’une verrière et à l’intérieur, l’espace est un peu plus contraint, réduit de 6 000 à 5 000 mètres carrés, ce qui représente une diminution d’une dizaine de stands». Pour autant, l’ADN de la manifestation reste inchangé. Y sont réunies cent quarante galeries d’art moderne et contemporain originaires d’une vingtaine de pays – essentiellement européens, mais pas que, et à 65 % hexagonales –, parmi lesquelles une bonne place est réservée aux marchands régionaux. «Notre objectif n’a jamais été d’adopter la stratégie internationale de la FIAC», insiste le directeur. Comme d’habitude également, Art Paris enregistre un taux de renouvellement important, légèrement supérieur à la moyenne. L’édition 2021 compte en effet 40 % de nouveaux participants. «Une foire est un organisme vivant, poursuit Guillaume Piens. Les habitués n’ont pas forcément envie de revoir les mêmes exposants.» Ce taux s’explique surtout par l’arrivée d’un grand nombre d’enseignes prestigieuses. En 2020 déjà, Emmanuel Perrotin avait créé la surprise en rattrapant in extremis le train. Cette année, à côté des fidèles que sont Nathalie Obadia ou Daniel Templon, une quinzaine de galeristes participent pour la première fois à l’événement, parmi lesquels Thaddaeus Ropac, Lelong, Massimo de Carlo ou Kamel Mennour. «Nous suivions avec intérêt la foire depuis quelque temps, commente Martin Brémond, senior directeur de la galerie Almine Rech, l’un des primo-arrivants. Et là, nous avons sauté le pas parce qu’elle nous offre l’opportunité de nous reconnecter avec une partie de nos collectionneurs et de présenter des œuvres que nous n’avions pas pu montrer en raison des annulations en cascade. De toute manière, nous pensons qu’il y a place à Paris pour une manifestation plus locale.» Guillaume Piens tient à préserver une autre spécificité désormais bien ancrée : son soutien à la scène hexagonale. Depuis 2018 en effet, un commissaire extérieur est invité à chaque édition afin de sélectionner des projets d’artistes français, selon une thématique de son choix. Hervé Mikaeloff a accepté de relever le défi : «En visitant ces derniers temps des ateliers d’artistes, j’avais remarqué un renouvellement de la peinture figurative à travers notamment la question du portrait, et j’ai fait le lien avec ces périodes de confinement auxquelles nous avons tous été confrontés. C’est le sujet que j’ai proposé à Art Paris». Ainsi une vingtaine d’artistes, de générations et styles différents, ont été choisis au sein des galeries participantes pour être mis en avant, de Guillaume Bresson à Marc Desgrandchamps, de Laurent Grasso à Yan Pei-Ming ou Claire Tabouret. Parler de condition humaine par les temps qui courent ne peut pas faire de mal.

à voir
Art Paris
Du 9 au 12 septembre.
Grand Palais Éphémère
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne