Gazette Drouot logo print

Art et mémoire ne font pas bon ménage

Publié le , par Vincent Noce
En 2018, Emmanuel Macron avait annoncé l’instauration d’un mémorial de l’esclavage. Trois ans plus tard, à un mois de la cérémonie prévue le 23 mai, journée d’hommage aux victimes de cette barbarie, tout est bloqué. Pourtant, 1 M€ a été prévu et une parcelle trouvée aux Tuileries, le long du Jeu de Paume et en face de l’hôtel...
Détail de Pourquoi naître esclave ? de Carpeaux.© Petit Palais, musée des Beaux-arts... Art et mémoire ne font pas bon ménage

Détail de Pourquoi naître esclave ? de Carpeaux.
© Petit Palais, musée des Beaux-arts de la Ville de Paris

En 2018, Emmanuel Macron avait annoncé l’instauration d’un mémorial de l’esclavage. Trois ans plus tard, à un mois de la cérémonie prévue le 23 mai, journée d’hommage aux victimes de cette barbarie, tout est bloqué. Pourtant, 1  M€ a été prévu et une parcelle trouvée aux Tuileries, le long du Jeu de Paume et en face de l’hôtel de la Marine, où se jouèrent les actes de l’abolition, en 1794 et en 1848. Quatre-vingts artistes se sont portés volontaires. Cinq ont été sélectionnés, dont l’un aurait même été choisi. Le blocage, relate Le Monde , procède d’un cahier des charges spécifiant que le nom…
Ce contenu est réservé aux abonnés
Il vous reste 85% à lire.
Pour découvrir la suite, Abonnez-vous
Gazette Drouot logo
Déja abonné ?
Identifiez-vous