Apprivoiser la lumière. Claude Lorrain et la perception du paysage

Le 21 mai 2019, par Anna Aznaour

Cabinet d’arts graphiques du Musée d’art et d’histoire, 5, promenade du Pin, Genève, tél. : + 41 22 418 27 70,
www.mah-geneve.ch
Jusqu’au 16 juin 2019.

François Vivares (1709-1780) et William Woollett  (1735-1785), The Enchanted Castle, 1782, d’après Claude Gellée (1600-1682).
© Cabinet d’arts graphiques, MAH - Photo André Longchamp

On dit que la beauté de ses toiles aurait littéralement fait pleurer William Turner. Le précurseur anglais de l’impressionnisme avait trouvé son maître : un Français, né dans les Vosges presque deux siècles avant lui. Claude Gellée, dit le Lorrain, Claude Lorrain ou tout simplement Claude (1600-1682), fut et reste l’un des pères du paysage classique. Mise à l’honneur au Cabinet d’arts graphiques de Genève, sa technique parfaite peut être admirée dans un important ensemble d’estampes. Acquises par l’institution en 2011, grâce au soutien de ses mécènes, elles sont présentées avec quelques dessins et un imposant tableau du maître dans quatre salles, où sont passées en revue les recherches de l’artiste en matière de représentation de paysages. «Pour suivre le cheminement artistique de Claude Lorrain, explique Christian Rümelin, commissaire de l’exposition, le concept de la scénographie s’articule autour de ses eaux-fortes, mais aussi de la perception de son œuvre aux XVIIIe et XIXe siècles, afin de saisir l’ampleur de la fascination qu’il exerça tant sur les paysagistes que sur les collectionneurs.» Des gravures et dessins de Corot et de Vernet, notamment, complètent ainsi le corpus proposé. Parmi les pièces les plus marquantes, l’eau-forte La Tour carrée avec feux d’artifice (1637) d’autant plus précieuse qu’elle émane de la seule commande d’estampes que l’artiste ait accepté de réaliser , consacrée à l’élection de Ferdinand III de Habsbourg au rang d’empereur des Romains. La vue de cette sublime impression vaut, à elle seule, le déplacement !

Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne