Anni et Josef Albers, l’art et la vie au musée d'Art moderne

Le 28 septembre 2021, par Virginie Huet
Josef Albers, Homage to the Square: On Near Sky, 1963, huile sur masonite, 121,9 121,9 cm.
© The Metropolitan Museum of Art, Dist. RMN-Grand Palais/Image of the MMA © 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris 2021


À gauche, une huile sur masonite, sorte de bois reconstitué (4 Couleurs chaudes au centre entourées de 2 bleues, 1948). À droite, une large bande de coton (Strates rouges et bleues, 1954). Motifs, technique et format diffèrent, mais ce sont les ressemblances qui sautent aux yeux devant ce vrai/faux diptyque de Josef (1888-1976) et Anni Albers, née Annelise Fleischmann (1899-1994). Placé après trois portraits volés en 1925, l’année de leur mariage, dans le jardin du Bauhaus de Dessau, il ouvre l’exposition fleuve retraçant à la fois leur vie et leur œuvre. Car l’une et l’autre sont, comme eux, inséparables : 350 pièces produites en série racontent les années Bauhaus (1920-1933), la période Black Mountain College, à Asheville, en Caroline du Nord, loin de l’Allemagne nazie (1933-1949), la phase Yale, dans le Connecticut (1950-1976). Trois « paliers de réflexion », trois écoles de pensée fixant chacune un cadre dans lequel Anni et Josef évoluent, ensemble et séparément, convoitant la même forme simple et claire, seule capable de « rendre les gens plus unis, la vie plus réelle et par conséquent plus essentielle ». Tapisserie, vitrail, police de caractère, mobilier, photographie, peinture, bijou, dessin, gravure… Souvent, l’application de leur art varie. Mais il demeure au fond abstrait, géométrique, humble, ouvert à tout et à tous. La transmission est au cœur de leur démarche et, à mi-parcours, une simili-salle de classe insiste sur leur pédagogie expérimentale. De part et d’autre, leurs séries cultes se font écho : les Wallhangings et les Pictorial Weavings d’Anni, les Variants et les Structural Constellations de Josef. Leurs influences (l’art précolombien, la poésie abstraite) et projets parallèles (les commandes religieuses d’Anni, les pochettes de disques de Josef) ne sont point omis dans ce chassé-croisé accordant enfin à chacun une attention égale. Avec ses vibrants hommages au carré, Josef négocie un dernier virage avant qu’Anni et ses imprimés tardifs ne mettent un point à la ligne. 
 

Anni Albers, Intersecting, 1962, coton et rayon, 40 x 42 cm, détail, Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop. © 2021 The Josef and Anni Alber
Anni Albers, Intersecting, 1962, coton et rayon, 40 42 cm, détail, Josef Albers Museum Quadrat, Bottrop.
© 2021 The Josef and Anni Albers Foundation/Artists Rights Society (ARS), New York/ADAGP, Paris 2021
Musée d’Art moderne de Paris, 11, avenue
du Président-Wilson, Paris XVIe,
tél. : 01 53 67 40 00,
Jusqu’au 9 janvier 2022.
www.mam.paris.fr 
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne