Gazette Drouot logo print

Albert Anker, la beauté du geste

Publié le , par Agathe Albi-Gervy
Vente le 02 décembre 2022 - 16:30 (CET) - Hardturmstrasse 102 - 8031 Zurich

Sans aucune idéalisation ni aucun sentimentalisme, le peintre suisse capture ici la grâce d’un geste anodin. Ce portrait est issu d’une collection privée helvète, dont plusieurs œuvres majeures figurent au catalogue de Koller.

Albert Anker (1831-1910), Kartoffelschälendes Mädchen (Jeune fille épluchant des... Albert Anker, la beauté du geste
Albert Anker (1831-1910), Kartoffelschälendes Mädchen (Jeune fille épluchant des pommes de terre), 1886, huile sur toile, signée et datée, 70,5 52,5 cm.
Estimation : 900 000/1,4 MCHF

La simple préparation d’un repas, tâche quotidienne des plus essentielles, devient sous le regard d’Albert Anker un acte de méditation. La jeune fille, concentrée sur son geste, incarne la condition de toute une classe sociale, paysanne, laborieuse et capable d’abnégation. Considéré par les Suisses comme leur « peintre national », Albert Anker n’a eu de cesse de capturer l’âme du pays et surtout de ses habitants. Le monde de l’enfance occupe une place particulière dans son œuvre. « J’ai toujours de petits modèles dont la présence m’amuse et m’égaie, je voudrais, dans ma vie, n’avoir pas besoin d’autres modèles, excepté parfois quelque vieux qui me raconte des histoires d’autrefois », écrit le peintre à son collègue français François-Émile Ehrmann, le 6 juillet 1890. Les bambins semblent si sages, qu’ils s’apparentent à l’univers de l’héroïne suisse Heidi, dont la créatrice, Johanna Spyri, est contemporaine d’Anker. Ces portraits de jeunes enfants sont particulièrement recherchés des collectionneurs, comme l’attestent notamment trois œuvres vendues récemment par la maison Koller : Jeune fille buvant du café, peinte vers 1850 et adjugée 580 000 CHF, le 1er juillet dernier, Une tricoteuse à la fenêtre de 1885, cédée 1,4 MCHF, le 2 juillet 2021, ou encore Une fille écrivant, cédée 545 000 CHF, le 4 décembre 2020. La modestie dont Albert Anker fait preuve dans sa vie contraste avec son origine bourgeoise et sa grande érudition. Fils d’un vétérinaire renommé, il entreprend des études de théologie après avoir reçu de son père une solide formation classique. Son importante bibliothèque témoigne de la diversité de ses centres d’intérêt. Même âgé, il lisait encore la Bible en grec et en hébreu, tandis que ses 46  carnets sont noircis de notes rédigées en six langues. Il a également entretenu une grande correspondance avec des archéologues, et cherchait à déterminer l’emplacement de la cité de Troie.

vendredi 02 décembre 2022 - 16:30 (CET)
Hardturmstrasse 102 - 8031 Zurich
Koller Auctions
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 2 articles.
Il vous reste 1 article(s) à lire.
Je m'abonne