facebook
Gazette Drouot logo print

À Tours, heures universelles et heure du thé

Le 18 janvier 2018, par Philippe Dufour

Consacrées à l’horlogerie et à l’orfèvrerie, ces deux journées de ventes de la maison Rouillac enregistraient un excellent résultat de 386 000 €, dans un domaine parfois sujet à de capricieuses fluctuations…Les montres automatiques de la collection de Cyril Henocque, le dimanche 14 janvier, se rangeaient ainsi derrière…

À Tours, heures universelles et heure du thé
Charles Nicolas (1789-1868) et Gustave (1823-1913) Odiot, service à thé en argent, dit «au Chinois», monogrammées «FS», poinçon Minerve, vers 1860-1870.
Adjugé : 6 720 €

Consacrées à l’horlogerie et à l’orfèvrerie, ces deux journées de ventes de la maison Rouillac enregistraient un excellent résultat de 386 000 €, dans un domaine parfois sujet à de capricieuses fluctuations…Les montres automatiques de la collection de Cyril Henocque, le dimanche 14 janvier, se rangeaient ainsi derrière son meilleur lot : la montre-bracelet World Time de Patek Philippe, évoquée et illustrée dans la Gazette n° 2 (voir page 72). Il s’agit d’un modèle (réf. 5130R) indiquant les heures universelles à leurs propriétaires globe-trotters, réalisé en or rose vers 2006. Revendue avec bonheur sur «folle enchère», elle grimpait cette fois jusqu’à 25 200 €. On pouvait se consoler sans peine avec d’autres pièces de grandes maisons, telle la Cartier Must en or de dame acquise pour 2 640 €. Au rayon des écrins se distinguait cet insolite et important ensemble de bijoux offerts au sanctuaire marial de Lourdes, et vendu au profit de ce dernier, d’où se détachait une remarquable médaille de la Vierge en plique-à-jour du début du XXe siècle, adjugée 3 300 €. Les diamants n’étaient pas en reste, avec une pierre de 2,12 ct, de taille brillant solitaire monté sur or gris et platine, pour un poids brut de 4,5 g, échangée contre 9 120 €. Le lundi 15 janvier était dévolu aux productions de quelques grandes maisons d’’orfèvrerie, à commencer par l’original service à thé en argent dit «au Chinois» de chez Odiot, représenté ci-dessus (voir aussi Gazette n° 2, page 73). Créé entre 1860 et 1870 par Charles Nicolas Odiot et son fils Gustave, cet ensemble composé de quatre pièces, monogrammées «FS» au poinçon Minerve, arborait un subtil décor de pavots et de marguerites gravé «en rongé», à l’acide. Il était à vous pour 6 720 €. Autre belle découverte, une coupe en argent de style Louis XVI pesant 3 860 g, de la même période, mais sans signature, saisie pour 5 160 €. Mais concluons sur ce service en baccarat de soixante-deux pièces, à décor d’étoiles et de gerbes, qu’un amateur achetait pour 5 280 €. 

montres, bijoux, monnaies, argenterie, arts de la table
lundi 15 janvier 2018 - 00:00 (CET)
Hôtel de l'Univers, 5, boulevard Heurteloup - 37000 Tours
Rouillac
Gazette Drouot
Gazette Drouot
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne