À Karlsruhe, Hans Baldung Grien. Sacré/Profane

Le 28 janvier 2020, par Baptiste Roelly
Hans Baldung Grien, Loth et ses filles, vers 1535-1540, huile sur panneaux de chêne, Staatliche Kunsthalle Karlsruhe.
© Staatliche Kunsthalle Karlsruhe

Avec plus de 200 œuvres, mêlant peintures, dessins et gravures, c’est véritablement tout Baldung qui s’expose actuellement à la Kunsthalle de Karlsruhe. Si les célèbres Adam et Ève tentateurs, scènes de sorcellerie ou jeunes filles et la mort de l’artiste sont bien présents, l’exposition brille également par d’exceptionnels prêts de vitraux. Leur comparaison avec des dessins et peintures permet à Holger Jacob-Friesen, commissaire de l’exposition, d’avancer une hypothèse neuve et séduisante : plutôt que de n’en fournir que les cartons à des peintres sur verre spécialisés, Baldung aurait lui-même conçu et exécuté certains vitraux. Un accent particulier est en outre porté sur ses compositions mythologiques, où la noirceur et l’humour l’emportent sur la révérence envers les références antiques (un putto urinant sur Bacchus ivre mort, un autre juché sur le dos d’un centaure qui ne parvient pas à s’en débarrasser sont à cet égard particulièrement éloquents). La présentation de quelques œuvres d’Albrecht Dürer, Hans Leu le Jeune ou Albrecht Altdorfer situe ponctuellement l’artiste par rapport à ses contemporains, de même que la présence en nombre de ses Madones plus tardives éclaire l’impact jusqu’ici sous-estimé du maniérisme de Mabuse sur sa dernière période. Et si les gravures qu’il réalise pour les éditeurs strasbourgeois témoignent de son implication dans l’effervescence de la Réforme, les dessins à la pointe d’argent, dont il orne son carnet de croquis, montrent a contrario un Baldung plus intime, saisissant ici le profil d’une petite fille, là un oiseau de Paradis. Notons enfin la spectaculaire reconstitution d’un nocturne représentant Loth et ses filles, dont seuls certains fragments étaient connus et que l’exposition permet pour la première fois de réunir.

Staatliche Kunsthalle,
2, Hans-Thoma-Straße, Karlsruhe, tél. 
: +49 721 9262696.
Jusqu’au 8 mars 2020.
www.kunsthalle-karlsruhe.de
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne