« Big John », un tricératops hors normes

Le 09 septembre 2021, par Philippe Dufour

Doté de l’emblématique crâne à collerette et cornes acérées, cet imposant représentant de la famille des tricératops débarque à Paris, et devrait créer l’événement par sa taille inhabituelle.

Big John, Triceratops horridus. Maastrichtien, Crétacé supérieur, « formation de Hell Creek », ranch de Mud Butte, sud-ouest du comté de Perkins, Dakota du Sud. Longueur totale du squelette monté  : 715 cm, hauteur des hanches  : 270 cm, crâne  : 262 200 cm.
Estimation : 1,2 M€/1,5 M€

On s’en souvient encore, car la pièce triplement cornue avait marqué les esprits : l’impressionnant crâne de Triceratops horridus, adjugé le 7 mars 2017 par la maison Binoche et Giquello (177 800 €). Cette fois, et toujours dans le cadre de sa vacation « naturalia » – rendez-vous annuel qui nous a aussi valu d’admirer l’Allosaurus vendu 3 067 400 € le 13 octobre 2020 –, c’est un individu entier que l’opérateur parisien a le plaisir d’inviter. Prénommé Big John en raison de ses mensurations exceptionnelles, ce grand mâle vivait il y a 66 millions d’années, au Crétacé supérieur ; il s’ébattait alors dans les plaines inondables de Laramidia, l’ancienne île-continent s’étendant entre l’Alaska et le Mexique actuels. La bête est aussi l’un des derniers dinosaures herbivores existants, avant la grande extinction du Crétacé-Paléogène, due à l’impact massif d’une météorite géante sur la surface de la Terre… C’est donc aux États-Unis, et plus précisément dans le Dakota du Sud, sur le très fertile site en découvertes appelé « formation de Hell Creek », qu’en mai 2014 ses os fossilisés ont été dégagés par le géologue prospecteur Walter W. Stein Bill. Acquis par la société italienne Zoic, spécialisée dans la restauration de spécimens préhistoriques, ces restes, encore enveloppés de leur gangue rocheuse, arrivent à Trieste en octobre 2020 ; ils y seront nettoyés et étudiés avec l’aide des départements de paléontologie des universités de Bologne et Chieti. Les chercheurs constatent alors qu’il s’agit du plus grand exemplaire découvert, en raison de dimensions hors normes (8 m de long sur 2,80 de haut environ). Son crâne, en particulier, mesure 2,62 m de long et 2 de large, pesant à lui seul 700 kilos ; quant à ses deux plus grandes cornes, elles accusent 1,1 m de long et plus de 30 cm de large à leur base. Autre particularité, il s’affirme comme l’un des plus complets, avec plus de 60 % de restes retrouvés, et 75 % pour le seul crâne (les parties manquantes ayant été reconstituées en résine). Quant à la position choisie pour le mettre en scène, elle reproduit une scène d’attaque, maintes fois vécues par un Big John campé sur ses pattes avant. La paléontologie rejoint ici l’art : cette attitude agressive a été directement inspirée par Charging Bull, le fameux taureau en bronze du sculpteur sicilien Arturo Di Modica, placé devant la Bourse de New York depuis 1989…

« Big John » sera présenté au public
13, rue des Archives, Paris IVe, les jeudis, de 18 h à 22 h et les vendredis, de 12 h à 19 h, à partir du 16 septembre et jusqu'au 15 octobre ;
et du 18 au 20 octobre à
Drouot-Richelieu, 9, rue Drouot, Paris IXe, de 11 h à 18 h.

jeudi 21 octobre 2021 - 14:00 - Live
Salle 5-6 - Hôtel Drouot - 9, rue Drouot - 75009
Binoche et Giquello
Bienvenue, La Gazette Drouot vous offre 4 articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne