À la table de Napoléon Ier

Le 11 février 2021, par Philippe Dufour

Le souffle de la grande Histoire passait sur Antibes, grâce à la présence d’une vaisselle impériale, qu’accompagnaient un paysage maritime de Ziem et une précieuse commode à médaillon de porcelaine.

Sèvres, époque Empire. Assiette du service particulier de Napoléon Ier en porcelaine dure, marques en vert «35 B.C.», en or «26 f», diam. 23,5 cm.
Adjugé : 61 740 

Au cœur d’une vente qui a su totaliser 520 950 €, deux assiettes rarissimes étaient proposées pour le plus grand bonheur des collectionneurs de souvenirs napoléoniens. La première de ces pièces en porcelaine dure a été réalisée par la manufacture de Sèvres et a appartenu au service particulier de l’Empereur, dit «des Quartiers généraux» (voir l'article Au service de l’Empereur de la Gazette n° 4, page 88). Commandé en 1807, ce service de plus de cent cinquante pièces a été livré le 27 mars 1810 au palais des Tuileries. Outre soixante-douze assiettes à dessert décorées de scènes de campagnes militaires, il y en avait également vingt-quatre du même usage, nommées «assiettes à monter», décorées seulement d’une rosace centrale et à bordure de glaives liés. On en avait donc ici un bel exemplaire, qui a été disputé jusqu’à 61 740 €. Détail non négligeable : sous la Restauration, cette assiette, comme ses semblables, a vu sa marque en rouge et les mots «Manufacture impériale» meulés et remplacés par le chiffre du roi Louis XVIII, soit «LL» entrelacés. Quant à la seconde assiette, similaire mais fabriquée par la manufacture parisienne de Foëscy, et rajoutée au service en 1812, elle récoltait 18 270 €. Cap sur la lagune ensuite, avec un paysage solaire de Félix Ziem, représentant Venise, gondoles et bateau à la voile jaune. Pour cette huile sur panneau, il fallait avoir prévu 37 800 €. Précisons que l’authenticité de l’œuvre (64,5 92 cm) a été confirmée par le comité Félix Ziem. Du côté du mobilier, se détachait aussi une impressionnante commode de style Transition, un travail «du Faubourg» réalisé dans la seconde moitié du XIXe siècle (100 140 55 cm). À léger ressaut central, en bois de placage et fine marqueterie de quartefeuilles dans des croisillons, elle offre la particularité de s’ouvrir par un vantail orné d’un important médaillon en biscuit façon Wedgwood. Avec sa riche ornementation de bronzes dorés, elle n’a pu que prétendre aux 20 790 € alloués.

jeudi 04 février 2021 - 02:00 - Live
Métayer Maison de Ventes aux Enchères Antibes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne