Félix Ziem et les jardins de la lagune

Le 21 janvier 2021, par Philippe Dufour

Place aux paysages du XIXe siècle pour cette première vente de l’année, avec un avantage certain accordé à une composition des plus romantiques, signée par le spécialiste des cités maritimes.

Félix Ziem (1821-1911), Un jardin français, huile sur toile signée en bas à gauche, 60 73 cm.
Adjugé : 49 977 

Il a exploré tous les coins et recoins de Venise, sa ville favorite, rendu ses lumières mouillées depuis d’innombrables points de vue… Cette fois, Ziem a planté son chevalet dans le Jardin français situé à l’extrémité du sestiere de Castello, après l’Arsenal. La toile (60 73 cm), qui a remporté 49 977 €, s’inscrit dans une large série consacrée à ce parc aménagé lors de l’occupation napoléonienne, et aux allées ombragées de grands arbres. Depuis 1895, une partie de ce lieu de promenade est dévolue aux pavillons de la Biennale d’art. Ici, au-delà d’une perspective où flamboient des feuillages automnaux, on devine l’embarcadère aux gondoles – maintes fois dépeint par Ziem – et, au loin, le dôme blanc de Santa Maria della Salute. Accompagné d’un certificat de la galerie Ary Jan, l’œuvre sera bientôt reproduite dans le tome III du catalogue raisonné, actuellement en préparation. Beaucoup plus abordable, le littoral normand était décrit par Jean-Francis Auburtin, avec sa Sortie de voiliers au pastel et gouache sur papier (28 75,5 cm). Détaillant les jeux colorés de la lumière sur les falaises blanches, ce panorama délicat a été adjugé 8 638 €. En revanche, le tableau de Moïse Kisling, Le Port de Marseille, un quai du Vieux-Port (voir l'article Le Vieux-port de Marseille aux couleurs de Kisling de la Gazette n° 45, page 26) n’a pas trouvé preneur.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne