D’un ordre de la Jarretière à un buste de Jules Dalou

Le 21 novembre 2019, par Philippe Dufour

Lors de la dispersion d’une collection phaléristique (et donc consacrée aux ordres), médailles et autres décorations militaires, brillaient un bijou autrichien ainsi qu’une étoile, qui avait été arborée en son temps par le roi George III.

Fin du XVIIIe siècle, plaque de l’ordre de la Jarretière, brodée, lamé, canetille et fil d’argent, 30 mm, poids brut : 44 g.
Adjugé : 11 050 

Il s’agit naturellement de l’ordre de la Jarretière, instituée le 23 avril 1348 (jour de la saint Georges), par Édouard III. Ici, elle revêtait la forme d’une plaque d’habit brodée affectant les contours d’une étoile à huit branches, brodée de lamé, canetille et fil d’argent. Au centre, en fort relief, une jarretière marquée de la devise de l’ordre sur fond de velours bleu, portant en son centre la croix de saint Georges en velours rouge, sur fond de lamé à décor de la croix de saint André. Au revers, était annoté en anglais : «Étoile de l’ordre de la Jarretière portée par le roi George III lors de sa visite de la flotte de lord Howes à Spithead 1794» (diam. 130 mm et poids brut 44 g). Tant de faste déclenchait une enchère à 11 050 €. À sa suite, scintillait pour 10 660 € un bijou de 1re classe (grand-croix) en or et émail, de l’ordre autrichien de la Couronne de fer (institué le 5 juin 1805 à Milan par Napoléon Ier). Arborant le poinçon de titre et celui de l’orfèvre «Röthe» à Vienne, il était pourvu de son écharpe en moire à rosette ronde (77 45 mm, poids brut 29 g). La veille, 14 novembre, lors de la dispersion dédiée aux objets d’art, une Vénus acéphale signée Jules Dalou par Susse Frères Éditeurs requérait 6 290 €, ce bronze présentant une belle patine verte (h. 47,5 cm) ; du début du XXe siècle, datait aussi une paire de vitrines hautes éclairantes, en métal noir et verre (200,5 55,5 23,5 cm), enlevées pour 6 300 €. Le jour précédent avait aussi permis d’admirer une toile du peintre Robert Levrac-Tournières, auteur d’un Portrait d’homme de qualité, toile signée et datée «1712» (73 47,5 cm), partie à 6 500 €. Tandis qu’une sphère armillaire signée «Delamarche», et du XIXe siècle, en papier lithographié et rehaussé (h. 52 cm, diam. 36 cm), tournait pour 4 420 €.

mercredi 13 novembre 2019 - 13:00 - Catalogue
Pichon & Noudel-Deniau (Azur Enchères)
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne