Trésor de piété miniature vers 1510-1530

Le 23 juillet 2020, par Anne Doridou-Heim

La vie de la Vierge se déroulait sur quelques centimètres carrés et suscitait une grande ferveur.

Pays-Bas, Bourgogne ou Paris, vers 1510-1530. Suite de trois plaquettes en or et émaux de basse-taille ornés double face de six scènes de la vie de la Vierge (ici, L’Annonciation), 4,5 3,5 cm chacune.
Adjugé : 75 330 

Malgré leur petite taille, trois plaquettes – d’une suite probable de quatre – en or ne passaient pas inaperçues et bien qu’il soit difficile de déterminer avec précision leur lieu d’exécution (voir l'article Un travail d’orfèvre vers 1510-1530 page 54 de la Gazette no 26 du 3 juillet) et leur fonction, étaient accrochées à 75 330 €. Leur réalisation atteste du haut niveau atteint par les orfèvres de cette grande frange de l’Europe partant des Pays-Bas méridionaux, passant par Paris et descendant jusqu’à la Bourgogne, et ce aux premières lueurs du XVIe siècle. Souvent itinérants, afin de compliquer un peu plus encore le chemin de la connaissance des chercheurs, ils faisaient halte dans des ateliers à Gand, Dijon, Bruges ou Lille. Leur dextérité était si grande dans la pose des émaux de basse-taille sur une fine plaque d’or que ces derniers semblent peints et que les coloris chatoient, rehaussés par le fond du précieux métal. Ces petits objets de dévotion étaient fréquents dans ce monde occidental hautement catholique. Le rôle de l’image religieuse était essentiel pour une population souvent illettrée et les épisodes de la vie de la Vierge, particulièrement chéris du croyant. La place de la mère de Jésus prit une telle importance qu’elle allait susciter peu de temps plus tard l’ire de la Réforme, étant reproché aux fidèles d’avoir remplacé le Christ par celle l’ayant enfanté, de lui porter un culte trop fort. Ainsi l’offensive contre Marie et les saints devint-elle acharnée et systématique, avant que la Contre-Réforme – avec en corollaire la naissance du baroque en art – ne la remette au cœur de son iconographie, la vénérant comme la grande protectrice de l’Église contre les hérésies.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne