Gazette Drouot logo print

Crépin et les visages du monde invisible

Publié le , par Philippe Dufour

L’artiste hautement visionnaire était présent grâce à l’une de ses merveilles aux motifs colorés et hermétiques… D’authentiques bijoux lui succédaient, portant les plus grands noms.

Crépin et les visages du monde invisible
Fleury-Joseph Crépin (1875-1948), Temple tombeau avec tête dite «l’homme aux grandes oreilles», 1940, huile sur toile, 35 29,5 cm.
Adjugé : 21 200 


Fleury-Joseph Crépin appartient à la grande famille des artistes très réceptifs : des entités invisibles et supérieures lui soufflent thèmes et inspiration… Ce quincaillier de Montigny-en-Gohelle, dans le Pas-de-Calais, rencontre vers 1930 les deux ténors de la peinture médiumnique, Augustin Lesage et Victoire Simon, comme lui originaires de ce même département. Débute alors une production dictée par des voix, qui lui déclarent durant l’été 1939 : «Quand tu auras peint trois cents tableaux, ce jour-là la guerre finira... Après la guerre, tu feras quarante-cinq tableaux merveilleux et le monde sera pacifié.» Notre toile intitulée Temple tombeau avec tête dite «l’homme aux grandes oreilles» serait, d’après une inscription, la centième œuvre de la première série, que l’artiste signe le 28 octobre 1940 ; elle présente (comme souvent chez son créateur), des motifs symétriques, étagés et orientalisants. Pour détailler ce travail étonnant (53 53 cm), ayant appartenu à la collection de l’artiste Henry Lhotellier, il fallait avancer 21 200 €. Les écrins n’étaient pas en reste, et notamment celui contenant un bracelet articulé Cartier en or jaune, exécuté vers 1940-1950 (l. 20 cm, poids net : 105,4 g), qui était porté à 30 500 €. Une montre-bracelet Rolex d’homme, en acier, sonnait également 21 200pour 21 500 €… il s’agit de la «GMT-Master II Oyster Perpetual».

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot