Mao Lizi, encres historiques et politiques

Le 29 octobre 2020, par Anne Doridou-Heim

Trois encres de Mao Lizi, artiste contemporain chinois évoluant entre abstraction et figuration, réussissaient leur traversée.

Mao Lizi (né vers 1950), Sans titre, 1987, encre et lavis sur papier, 66,3 44 cm.
Adjugé : 38 100 

L’encre et le lavis sur papier sont des techniques ancestrales que les artistes chinois contemporains ne cessent de réinterpréter. Bien que plus connu pour ses toiles, Mao Lizi (né vers 1950) s’y adonne également. C’est ce que traduisent trois œuvres de 1987, une date déjà ancienne dans sa production picturale. Dénuées de titre, ces feuilles évoluent sous son pinceau inspiré entre abstraction et figuration, entre flou et netteté. La plus grande (66,3 44 cm, reproduite ci-contre) se détachait à 38 100 €, les deux autres (respectivement 46 43,5 et 47 44,5 cm) obtenant 5 410 et 3 048 €. Lizi est également célèbre pour être l’un des fondateurs du groupe contestataire des Étoiles (Xing-Xing), créé à Pékin en 1979 en réaction aux années de plomb et aux nombreux obstacles à la liberté artistique. En décidant le 27 septembre 1979 d’organiser une exposition sauvage à proximité de la Cité interdite de près de 150 œuvres, accrochées sur les grilles du musée national des Beaux-Arts – lequel avait refusé de leur prêter une salle –, c’est un véritable défi au pouvoir que lance ce collectif, ce que beaucoup de ses membres paieront d’un exil définitif. Pas de succès en revanche pour le torse de Bouddha en bois sculpté au Japon vers le XIe siècle, debout dans sa robe monastique en page 56 de la Gazette n° 36 (voir l'article Asie d’hier et d’aujourd’hui).

vendredi 23 octobre 2020 - 02:00 - Live
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne