facebook
Gazette Drouot logo print

Une lionne assyrienne en lapis-lazuli

Le 18 février 2021, par Anne Doridou-Heim

La formule «So Unic» frappait fort avec un fauve taillé par les Assyriens dans un lapis-lazuli au bleu constellé d’or.

Une lionne assyrienne en lapis-lazuli
Moyen-Orient, art néo-assyrien, IXe-VIIIe siècle av. J.-C. Tête de lionne rugissant en lapis-lazuli, 12 17,5 cm.
Adjugé : 243 900 €


Le parcours de ce fauve pouvait être suivi, non pas depuis les sables d’Arabie, où il est né, mais depuis la collection suisse von der Aue, qui l’a détenue jusqu’en 1992 (sans le garder en cage puisqu’il a été prêté en 1966 au musée Rath de Genève lors de l’exposition «Trésor de l’ancien Iran»). Et, à n’en pas douter, c’est bien d’un trésor dont il s’agit. Quelle majesté, quelle force se dégagent de cette petite tête sculptée dans le lapis-lazuli et mesurant seulement 12 cm de haut (voir la reproduction ci-dessus en taille réelle) ! La Gazette  n° 5 l’avait annoncé (voir l'article Une lionne assyrienne millénaire page 37), tous les regards allaient être tournés vers cette tête de lionne rugissant exécutée entre le IXe et le VIIIe siècle av. J.-C. et relevant de l’art néo-assyrien. Après un Xe siècle plus que morose, le royaume reprend de sa superbe, conquiert Babylone et connaît une période de prospérité. Il voit aussi les palais éclore, habillés de bas-reliefs en dalles d’albâtre. Le dieu qui règne se nomme Assour, il est peu représenté par suite d’interdits, la protection est donc assurée par des grands prêtres mais aussi par les fameux taureaux ailés à tête d’homme et des lions, gardiens des portes. Aux côtés de cette statuaire monumentale, il existait une sculpture de plus petit format, certainement réservée au roi ou aux plus grands. Des pièces dont on sait encore peu de choses et dont peu nous sont parvenues. L’emploi du lapis-lazuli est un indice supplémentaire d’un objet ou d’un meuble de pouvoir, dont il peut être un élément. En effet, la pierre bleue incrustée de pailletons dorés, qui font penser au ciel étoilé, est rare et chère. Elle provient des mines d’Afghanistan et est employée avec parcimonie. Ce qui est certain, c’est que l’animal a fondu gueule ouverte et crocs menaçants sur une proie consentante et s’est s’emparé d’un résultat de 243 900 €. Une belle prise !

jeudi 11 février 2021 - 11:00 - Live
Millon
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot