Victor Charreton, l’Auvergne aux couleurs de l’art moderne

Le 23 juillet 2020, par Philippe Dufour

Place à la peinture du XXe siècle et à ses maîtres,  Bernard Buffet et El Glaoui, sans oublier Victor Charreton.

Victor Charreton (1864-1936), Jardin sous la neige, huile sur finette, 73 60 cm.
Adjugé : 21 525 

L’artiste d’origine auvergnate est désormais apprécié à sa juste valeur : Charreton est un plasticien d’avant-garde, à la palette libérée jusqu’aux limites de la figuration. L’ouverture prochaine à Chamalières d’un musée qui lui sera consacré – à partir de la donation de quarante-neuf toiles effectuée par le docteur Robert Chatin, son neveu – aidera à mieux faire connaître l’œuvre d’un des fondateurs de l’école de Murol. Ce village d’artistes vient d’ailleurs de faire l’objet d’un ouvrage écrit par Philippe Auserve (conservateur du musée dédié à cette école, dans la commune éponyme du Puy-de-Dôme), publié aux éditions de la Flandonnière. De la main de Charreton donc, pas moins de quinze tableaux étaient proposés ici, dont le Jardin sous la neige (73 60 cm), vu dans la Gazette n° 26 (voir l'article Victor Charreton à la maison page 114) et qui capturait 21 525 €. Peinte sur finette, la composition joue sur un savant damier confrontant des blancs, des bruns et des mauves. Tout aussi hivernal, et du même auteur, le Chemin sous la neige nécessitait 13 530 €, alors que sa Route de Saint-Saturnin le menait à coup sûr jusqu’à 12 054 €. Changement d’époque et de facture, avec les artistes suivants… Le premier s’appelle Hassan El Glaoui et a engagé l’art marocain sur une voie novatrice. Une gouache peinte sur panneau, et signée de sa main, évoquait une Fantasia bleue (74,5 106 cm), l’un de ses sujets préférés, pour 27 675 €. Le deuxième n’était autre qu’Antoni Clavé, avec une sombre Nature morte (60 81 cm) trouée de touches blanches (15 375 €). Mais, une fois de plus, c’est Bernard Buffet qui se posait en vainqueur toutes catégories. De lui, on avait pour commencer une Église de village peinte en 1993 (46 55 cm), une toile accompagnée de son certificat par Maurice Garnier en date du 23 septembre 1999 et dont on offrait 40 590 €. Lui succédait à 18 204 La Mouche, ou le portrait en gros plan de cet insecte (27 35 cm), signée et datée «52».

jeudi 09 juillet 2020 - 14:30 -
Salle du Carrefour Europe, 3, avenue de Fontmaure 63400 Chamalières
Vassy-Jalenques
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne