Figures libres de Jean Souverbie

Le 22 juillet 2021, par Philippe Dufour

Sous son trait libéré s’épanouissent des personnages encore marqués par le cubisme. On en avait un parfait exemple à Clermont-Ferrand, épaulé d’autres beaux morceaux de peinture moderne.

Jean Souverbie (1891-1981), Grosse fille aux pommes, huile sur toile signée et titrée au dos, 73 60 cm.
Adjugé : 50 560 

Chroniqueur de la joie de vivre, Jean Souverbie trace sans ambages la figure d’une Grosse fille aux pommes (73 60 cm), traitée dans une palette de teintes sourdes relevée de vert acide. La toile, affichant une certaine monumentalité, a récolté 50 560 €. Quant à Maurice de Vlaminck, il affectionne des tonalités plus sombres encore, comme l’atteste son œuvre de 1925, Nature morte au journal. Elle aussi encore imprégnée de cubisme, la toile fera l’objet d’une inclusion dans les « archives Vlaminck », constituées par Godelieve de Vlaminck et Pascale Krausz. Elle a été ferraillée jusqu’à 24 020 €. Bien plus récente, puisque datée « 1996 », une Eau-forte n° XL (41 32,5 cm, tirage 78/100) de Pierre Soulages ne passait pas inaperçue, glanant 27 800 €. Enfin, la peinture romantique de la fin du XIXe siècle n’était pas en reste grâce à une huile sur panneau d’Eugène Boudin, représentant la Marée basse aux environs d’Honfleur, coucher de soleil (23 32,5 cm). Inscrite sous le n° 3863 dans le catalogue raisonné de l’œuvre peint de l’artiste, publié en 1993, la composition méritait 34 128 €. En revanche, l’opérateur n’a pas souhaité communiquer sur le Jeune garçon au pied de la falaise de Claude-Émile Schuffenecker. Àce sujet, une erreur s’est glissée dans la Gazette n° 26, page 113 (voir l'article Schuffenecker, peintre sous influence) : L’atelier de Schuffenecker est à rendre à Gauguin — dont le fils Clovis a reçu l’aide de son ami — et non à Van Gogh.

samedi 10 juillet 2021 - 14:30 - Catalogue
Vassy-Jalenques
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne