Le bois doré dans toute la majesté du style Louis XIV

Le 23 mai 2019, par Anne Doridou-Heim

Honneur au grand classique invoqué dans une collection parisienne lors d’une vente à coloration moderne également, avec le beau résultat d’une table de milieu de style Louis XIV.

Première moitié du XIXe siècle. Table de milieu en bois sculpté et doré de style Louis XIV reposant sur huit pieds en balustre réunis par une entretoise, dessus de marbre rouge des Flandres, 99 205 87 cm.
Adjugé : 57 150 

Le catalogue annonçait notamment la dispersion d’une collection provenant de l’avenue Foch. Les époques anciennes y étaient en majesté et le programme débutait avec une première surprise, les 63 500 € déposés sur un Portrait d’homme attribué à Bartholomaeus Bruyn le Vieux (1493-1555), artiste de la Renaissance allemande. L’appartenance ancienne à la collection von Goldschmidt-Rothschild et la vente Maurice Rheims à la galerie Charpentier du 7 juin 1955 doivent y être pour quelque chose. Même constat avec les 21 590 € accrochés par une œuvre de l’école française vers 1600, un Portrait de jeune fille coiffée d’un feutre cette fois. Le clou de l’ensemble était néanmoins cette majestueuse table de milieu en bois à la dorure d’origine, richement sculptée. Attentes confirmées avec les 57 150 € reçus par ce meuble d’apparat, finalement présenté comme réalisé dans la première moitié du XIXe siècle et dans le style Louis XIV. À l’origine, ce type de table se trouvait dans les résidences royales et princières de la fin du XVIIe siècle. Peu de pièces de cette époque sont parvenues jusqu’à nous – pour exemple, le château de Versailles conserve celles ornant autrefois les vestibules du château de Marly. Vers 1700, le grand ornemaniste Pierre Lepautre (1660-1744) publiait un recueil, baptisé Livre de tables qui sont dans les appartements du roy sur lesquelles sont posés les bijoux du cabinet des médailles. Ce modèle, bien que de style, est très proche de ceux y figurant. L’huile sur toile de 1945 de Joachín Torres-García (1874-1949), représentant Dos figuras constructivas, illustrait le versant moderne de la vacation. Reproduite page 47 de la Gazette no 18, affichant pourtant une belle provenance – celle de Pierre Ferrand-Eynard (1932-2017), homme de culture discret –, elle ne rencontrait pas de nouveau collectionneur. La peinture ancienne régnait bien en maîtresse. Pour preuve encore, les 19 050 € d’une école florentine de la seconde moitié du XVIe siècle d’un membre de l’entourage d’Agnolo Bronzino (1503-1572) au sujet évocateur : La Justice libère l’Innocence… Ce thème est extrait des Nuits attiques d’Aulu Gelle (vers 130-vers 180), une compilation de notes traitant de sujets divers – dont le langage, la littérature, la philosophie ou l’arithmétique – destinée à ses enfants.

mercredi 15 mai 2019 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Baron Ribeyre & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne