Zix, chroniqueur des conquêtes napoléoniennes

Le 03 octobre 2019, par Philippe Dufour

Le carnet de croquis et les vingt-huit dessins réalisés par cet artiste français constituent un témoignage irremplaçable sur l’avancée des armées de Napoléon Ier en Europe.

Benjamin Zix (1772-1811), album (23,5 37 cm) contenant 28 dessins exécutés pendant la campagne de Prusse et de Pologne en 1806-1807, crayon noir, plume et encre de Chine, dont Les Soins donnés dans le grand réfectoire du château de Malbork (à gauche) et l’Arrivée de l’Empereur à Dantzig (à droite).
Adjugé : 208 400 

Cet impressionnant ensemble, qui a été redécouvert dans une famille du Sud-Ouest par Jérome de Colonges, immortalise les campagnes impériales effectuées en Allemagne et en Pologne entre août 1806 et juin 1807 (voir l'article Campagnes napoléoniennes de la Gazette n° 31, page 87). Tous devaient être finalement préemptés par le musée du Louvre pour la somme de 208 400 €. Benjamin Zix, originaire de Strasbourg, est chargé par Dominique-Vivant Denon de suivre la grande armée et de garder trace des scènes les plus représentatives des conquêtes. Leur rencontre a été orchestrée par l’impératrice Joséphine, et Zix parcourra non seulement le nord de l’Europe, mais aussi l’Autriche, l’Espagne et l’Italie. Côté stylistique, le dessinateur se distingue de ses confrères par le réalisme minutieux de ses compositions et l’analyse détaillée de la vie quotidienne des soldats. Comme dans la composition – très architecturée – décrivant l’intérieur du Grand réfectoire du château de Malbork, où l’on donne des soins à la troupe après la sanglante bataille d’Eylau des 7 et 8 février 1807. Grâce à Zix, on a aussi la chance de posséder des instantanés d’événements plus officiels, comme le déménagement des sculptures du musée de Kassel, l’entrée de l’Empereur à Dantzig ; ou encore, point culminant de cette expédition hasardeuse, l’entrevue entre celui-ci et le tsar Alexandre Ier, sur le Niémen – il s’ensuivra le traité de paix franco-russe signé à Tilsit le 7 juillet 1807. Tous ces croquis inspireront d’autres dessinateurs, restés en France ; ils devaient d’ailleurs être imprimés et réunis dans un seul recueil relatant l’épopée napoléonienne, un projet qui ne verra jamais le jour.

Modernités selon Laugé et Foujita

Le 03 octobre 2019, par Philippe Dufour

412 500 € ont récompensé une jeune beauté offrant deux oiseaux colorés de ses doigts effilés. Il faut reconnaître que la composition était parfaitement représentative de la dernière manière de son auteur : Tsuguharu Foujita.

Tsuguharu Foujita (1886-1968), Jeune fille aux oiseaux, 1956, huile sur toile, 24 19 cm.
Adjugé : 412 500 

C’est au sein d’une fructueuse vacation toulousaine, qui enregistrait au total 1 192 000 € – grâce aussi aux dessins de Benjamin Zix (voir page 150) –, que la petite huile sur toile (24 19 cm) est réapparue. Intitulé Jeune fille aux oiseaux, ce portrait imaginaire, daté «1956», a été disputé au téléphone par dix enchérisseurs avant d’être remporté par un collectionneur français. Il renvoie à une Renaissance rêvée, qui semble inspirer le peintre d’origine japonaise dans les années 1950 et 1960. L’autre ensemble, très attendu, était bien la collection de quatre huiles sur toiles signées Achille Laugé (voir l'article Un cadeau mémorable de la Gazette n° 30, page 20). Rappelons le contexte particulier dans lequel ces œuvres aux coloris subtils nous sont parvenues : elles furent collectionnées par le médecin carcassonnais Victor Gaujon, un ami et un fidèle du peintre. La plus importante, Nature morte aux grenades (60 73 cm) – offerte par Laugé à Gaujon à l’occasion de son mariage en 1895 –, a décroché la première place avec 250 000 €. À ses côtés, deux autres tableaux de fleurs : les Roses dans un verre d’eau, une fleur de géranium (43 32 cm) de 1893, qui se hissait jusqu’à 137 500 €, et la Branche d’amandier en fleur (33 22 cm) de la même période, attirant 131 250 €. Enfin, le portrait du Docteur Victor Gaujon lui-même (50 61 cm), de 1895, emportait 40 000 €.

mercredi 25 septembre 2019 - 14:30 - Live
14, rue du Rempart-Saint-Étienne 31000 Toulouse
Ivoire - Primardeco
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne