facebook
Gazette Drouot logo print

Victoire pour une célèbre patineuse

Le 09 mai 2019, par Philippe Dufour

Une championne ! Odile est l’un des gallinacés en bronze imaginées par César, poursuivi ici par un bouddha tibétain, des Lionnes de Godchaux et une Bacchante de Gérôme.

Victoire pour une célèbre patineuse
César Baldaccini, dit César (1921-1998), Odile, 1987, épreuve en bronze, signée, numérotée 5/8, Bocquel fondeur, h. 85 cm.
Adjugé : 116 850 

Cette grande épreuve en bronze (85 cm), répondant au doux prénom d’Odile, met en scène une poule faisant du patin à roulettes. Une figure animalière récurrente dans l’œuvre de l’inventeur des «Compressions» qui, au tournant des années 1980, transfigure dans le noble métal ses volatiles sportifs. Celui-ci ne décrochait pas moins de 116 850 € sur la ligne d’arrivée. Enlevée à 49 800 €, la pièce suivante affichait une plus grande sérénité : Bouddha, sous la forme d’une statuette en bronze doré et cuivre repoussé, façonné dans le Tibet au XIVe-XVe siècle. Roger Godchaux signait ensuite un lot composé de deux Lionnes (10 500 €), des sculptures formant pendants et serre-livres, grâce à leurs équerres en chêne. Ces épreuves en bronze, arborant une belle patine vert nuancé, relèvent d’une fonte d’édition ancienne de Susse Frères éditeurs ; ce que confirme un cartel en laiton avec les mentions gravées suivantes : «Roger Godchaux Sclpt Susse Fres. Edts. Paris». Comme esquissant un sensuel pas de deux, une Bacchante et amour a été modelée dans le bronze par l’artiste Jean-Léon Gérôme. La très grande version de ce modèle iconique (95 cm de haut), conçue en 1882 par le célèbre fondeur Siot, était proposée ici. Pour 8 700 €, elle était finalement préemptée par le musée des beaux-arts de Bordeaux. En guise d’épilogue, rapportons les 16 000 € inscrits par une toile, signée Emilio Grau Sala, située et datée «Paris 1970», et relatant une Scène de café.

samedi 27 avril 2019 - 14:30 (CEST) - Catalogue
Briscadieu
Un drôle d’oiseau

Juchée sur ses patins, elle a l’air de chercher son équilibre. L’une de ses longues pattes ne touche plus le sol mais le volatile ne semble pas prêt à déployer ses ailes, faites d’une accumulation d’outils, d’écrous et autres morceaux de bronze soudés entre eux. Cette œuvre de 1987, intitulée Odile, n’est pas sans rappeler le célèbre Patineur que César réalisa en 1989 pour la ville de Lyon et qui est exposé depuis 1992 sur la place Tolozan. Ce dernier, muni de deux ailes, a pourtant bien du mal à conserver sa posture. Une métaphore de la difficile quête de liberté, que l’on retrouve ici. Notre poule s’ajoute par ailleurs au fabuleux bestiaire du sculpteur, qui était bien représenté lors de l’exposition consacrée à l’artiste au Centre Pompidou en 2018. Y était d’ailleurs montré un Esturgeon de 1954, en fer soudé, qui permit à César de lancer sa carrière, grâce à l’obtention du prix des Trois Arts. Les animaux sont parmi les premiers sujets qu’il a choisis pour débuter dans le travail du métal et de la soudure. Un thème classique, qu’il renouvelle avec humour. Bien avant sa rencontre avec les nouveaux réalistes, César commence à utiliser des objets de récupération métalliques, faute de pouvoir s’offrir de la pierre ou du bronze. Il élabore ainsi son art dans la rue, au contact de la vie quotidienne et en basant sa réflexion sur des «carrés de métal». Peu après la guerre, vers 1947-1948, il aborde ce qui deviendra son matériau de prédilection, et jalonnera sa carrière  de ses premières sculptures à l’hommage à Eiffel en 1989, en passant par ses «Compressions» dans les années 1960. Le fer, et par extension le métal, fait déjà l’objet de toutes ses attentions. Il se joue de sa prise à la lumière, variant ainsi les vides et les pleins, les creux et les reliefs. Seule la plasticité du matériau est désormais prise en compte dans la création de l’œuvre. La découverte de la soudure à l’arc, en 1949, marque un tournant. Cinq ans plus tard, il commence sa série des «Fers»  sculptures obtenues à partir de déchets métalliques , qu’il poursuivra jusqu’en 1963. Après avoir abordé d’autres supports comme le verre, l’or, et le Plexiglas, il reviendra à la fin des années 1970 à ses choix initiaux et notamment aux nombreux animaux de ses débuts, comme ses très chères poules, qu’il remodèlera en bronze cette fois-ci.

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot