Une femme à sa toilette

Le 29 avril 2020, par Philippe Dufour

Sensible et lumineuse, cette toile de Georges d'Espagnat a conquis sans surprise la première place lors d'une vacation online, talonnée par un bureau Mazarin très fleuri.

Georges d'Espagnat (1870-1950), Femme à sa toilette, huile sur toile monogrammée, 61,5 x 51 cm.
Adjugé : 13 653 €

L'artiste de la douceur de vivre a usé de sa meilleure technique postimpressionniste et d'une palette délicate pour traduire ce moment intimiste : une Femme à sa toilette (61,5 x 51 cm). L'huile sur toile - monogrammée à droite – a donc changé de mains contre 13 653 €, dépassant largement son estimation haute (8 000 €). Sur les cimaises, mentionnons également un paysage dépeignant les Bords de la Creuse signé par Paul Madeline (54,5 x 65,5 cm), l'un des fidèles de Crozant ; le tableau, portant au dos une étiquette d'exposition de 1921, enregistrait 6 124 €. Cependant, l'autre excellent score était à chercher du côté du mobilier, emmené par un bureau Mazarin habillé d'une marqueterie toutes faces aux fleurs de jasmin, ainsi que d'une marqueterie Boulle, ouvrant de chaque côté par deux séries de trois tiroirs encadrant une niche et aux huit pieds gaine réunis par une double entretoise. Pour ce travail du XVIIe siècle (81 x 118 x 70 cm), on n'hésitait pas à miser 10 463 €. Beaucoup plus ancienne, car datant de la seconde moitié du XIIIe siècle, une pyxide au couvercle sommé d'une croix (ancienne collection Altounian-Rousset) était adjugée 7 656 €. Exécutée à Limoges en cuivre champlevé, émaillé, gravé et doré, elle porte un décor de médaillons encadrés de feuilles d'acanthes dans les tons blancs, bleus et rouges (h. 11,70 cm, diam. 6,20 cm).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne