Le sacre d’une pendule gothique

Le 13 février 2020, par Philippe Dufour

Au cœur d’une vacation rémoise, cette rare pendule témoignait de la folie néogothique s’étant emparée des intérieurs autour de 1830.

Début du XIXe siècle. Pendule Charles X, dite «à la cathédrale de Reims», bronze ciselé et doré, h. 38 cm.
Adjugé : 12 600 

C’est dans la cité du Sacre qu’était présenté ce modèle horloger dit «à la cathédrale de Reims». Tout de bronze ciselé et doré (h. 38 cm), il devait s’élever jusqu’à 12 600 €. Datant du début du XIXe siècle, précisément de l’époque de Charles X, l’instrument a peut-être été réalisé pour commémorer le couronnement du dernier des Bourbons. Dès le premier Empire, le style gothique connaît un regain d’intérêt, qui va culminer avec le roman de Victor Hugo, Notre-Dame de Paris, paru en 1831. Parmi les nombreuses pendules «à la cathédrale» alors fabriquées – et dont la rosace centrale sert de cadran – certaines reprennent en modèle réduit la fameuse silhouette de l’édifice rémois, reconnaissable à ses porches proéminents et ses arcatures aériennes. Certains fabricants s’en feront même une spécialité, comme Bavozet Frère et Sœur à Paris, reproduisant rigoureusement des cathédrales françaises (Rouen et Rennes par exemple), à l’échelle… Glissement temporel avec le lot suivant, adjugé 9 000 € : le plafonnier art déco (dim. 50 cm, voir l'article Suspension Lalique de la page 80, Gazette n° 5) du modèle «Églantines» créé par René Lalique, en 1926  ; on peut retrouver cette vasque en verre blanc moulé dans le catalogue raisonné de Félix Marcilhac, sous le n° 2464. Finissons sur une note asiatique, grâce à un service «tête-à-tête» en argent marqué «Le Van Thuan 1905» (poids brut 4 752 g) ; comprenant une verseuse, un sucrier, un pot à lait et deux tasses et sous-tasses, il partait à 6 120 €.

dimanche 09 février 2020 - 10:00 - Catalogue
Ivoire - Guizzetti - Collet
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne