Le Maroc rêvé de José Cruz-Herrera

Le 19 décembre 2019, par Philippe Dufour

Trois toiles du maître espagnol dominaient cette vacation orléanaise, prenant pour modèles des jeunes filles du Mahgreb, saisies dans leurs tâches quotidiennes.

José Cruz-Herrera (1890-1972), Jeune Marocaine assise en robe jaune or au plateau de fruits, huile sur toile, 1940, 102 76 cm.
Adjugé : 36 840 

José Cruz-Herrera, après des études à l’École des beaux-arts de Madrid, expose dans la capitale ibérique dès 1915. De retour d’un séjour en Argentine, il se fait ensuite connaître un peu partout en Europe, notamment à Paris. C’est alors qu’il découvre le pays qui sera sa principale source d’inspiration : le Maroc. Il décide d’ailleurs de s’installer à Casablanca en 1923. Là, la rencontre avec Jules-Henri Derche, peintre et décorateur, est décisive. Ce dernier expose bientôt les œuvres de Cruz-Herrera dans sa galerie, l’aidant à se forger une réputation qui ira grandissante dans le milieu international de la ville. Jusqu’à sa mort en 1972, l’artiste multipliera les portraits des femmes marocaines, dont la beauté le fascine. On peut aisément le comprendre en détaillant la Jeune Marocaine assise en robe jaune or au plateau de fruits, une peinture sur toile signée et datée «1940» (102 76 cm), qui a pris ici la première place avec 36 840 €. Ses longs cheveux défaits, le modèle porte un caftan de fête en satin aux teintes dorées, dont le coloris répond aux fruits présentés sur ses genoux. Un second portrait était plus accessible : celui d’une Fillette marocaine en buste, une toile signée (49,5 41,5 cm.), vision sereine qui attirait néanmoins 5 526 €. Enfin, la complicité de Deux Jeunes Marocaines, l’une tenant une canne à lait, perceptible sur une peinture sur panneau (27 35 cm), décidait un amateur à débourser 3 684 €… Bien loin de ces contrées méditerranéennes, un ébéniste allemand avait aussi conçu au XVIIe siècle un charmant petit cabinet en bois blond et bois tendre sculpté en relief. Ouvrant à un tiroir et à deux portes, ses façades et intérieurs s’or-nent de scènes mythologiques et bibliques (54,5 30 46 cm). Pour en découvrir tous les mystères, il vous en coûtait 7 490 €.

samedi 14 décembre 2019 - 14:15 - Catalogue
Hôtel des Ventes Orléans- Madeleine
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne