Des objets bien inspirés

Le 23 juillet 2020, par Sophie Reyssat

Un service chinois de Sèvres, et le profil de l’empereur Hadrien sculpté au XVIIe siècle, rivalisent de succès.

Sèvres, fin du XIXe siècle. Partie de service chinois réticulé en porcelaine à décor de rosaces ajourées soulignées de filets or, les anses en forme de bambou, comprend une théière couverte, un pot à lait, un pot à sucre couvert, deux tasses et leur soucoupe, marqués «RF» doré à Sèvres, «89» et «92» en rouge.
Adjugé : 35 000 

Attendu au plus haut à 8 000 €, cette partie de service était bataillée jusqu’à 35 000 € en raison de sa rareté. Dotées d’une double paroi, pleine à l’intérieur et ajourée en résille à l’extérieur, ses pièces virtuoses sont en effet particulièrement fragiles. Fabriquées sous Napoléon III, elles sont à rapprocher du déjeuner chinois réticulé de la reine Marie-Amélie, dessiné par Hyacinthe Régnier et fabriqué à Sèvres sous le règne de Louis-Philippe. À la différence de cet ensemble conservé au Louvre, paré d’une riche polychromie, elles sont plus sobrement soulignées d’or. L’Antiquité avait également la faveur des amateurs, portée par le succès du profil de l’empereur Hadrien, sculpté dans le marbre blanc en Italie dans la seconde moitié du XVIIe siècle, et bataillé jusqu’à 36 250 € (h. 48 cm, voir l'article La sculpture dans tous ses états de la Gazette n° 28, page 61). Peinte en France vers 1820, une toile évoquant les amours tragiques de Céphale et Procris était décrochée à 16 250 € (228 163 cm). L’Ancien Régime était également célébré. 14 375 € étaient ainsi requis pour un coffret du milieu du XVIIe siècle attribué à Jean Armand, marqueté de rinceaux feuillagés en ivoire sur fond d’écaille, et doté d’une entrée de serrure en cuivre doré. Il est à rapprocher d’un modèle au décor plus complexe, vendu pour 22 525 € par la même maison, le 23 mai dernier (voir l'article Armand, ébéniste du Roi-Soleil de la Gazette n° 20, et l'article Minerve, Apollon et Jupiter page 112, et n° 21, page 95). D’époque Louis XV, une paire de bibliothèques en satiné, amarante et filets de bois de rose, ouvrant à deux vantaux vitrés, obtenait le même résultat. C’était également le cas de deux imposantes appliques en bronze doré, à décor rocaille de putti dans un entourage de feuillages (h. 74 cm). Évoquant toujours le siècle du Bien-Aimé, elles ont cependant été réalisées au XIXe siècle.

dimanche 19 juillet 2020 - 14:00 - Live
Hôtel des ventes du Château, 13, avenue de Saint-Cloud 78000 Versailles
Osenat
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne