Gustave Doré, le sentiment de la nature

Le 20 février 2020, par Sophie Reyssat

Dans ce paysage, Gustave Doré se sert de la lumière pour rendre sensible l’âme de la forêt.

Gustave Doré (1832-1883), Ruine dans un sous-bois, huile sur toile, signée et dédicacée «à mon ami Vaucorbeil», 92 73,5 cm.
Adjugé : 24 400 

Bien qu’aujourd’hui l’on se souvienne avant tout de Gustave Doré pour son œuvre gravé, le génial illustrateur est également réputé pour ses paysages teintés de romantisme, voire de sublime. En témoigne cette toile, où la lumière, filtrant à travers les branches d’une haute futaie, dévoile un chemin perdu vers des ruines improbables, cachées au cœur d’une sombre forêt. L’œuvre est dédicacée à Auguste Emmanuel Vaucorbeil, ami d’enfance du peintre. Ce compositeur, nommé directeur de l’Opéra de Paris en 1879, créa quant à lui une méditation pour piano en écho au tableau de Doré montrant un jeune moine, assis parmi ses frères bien plus âgés, titré Le Néophyte et présenté avec succès au Salon parisien en 1868. Mélomane, le peintre en fut certainement touché. «Gustave a deux passions : le dessin et la musique. Un air de Rossini suffit à lui faire quitter son crayon», témoignait l’un de ses amis. Ne manquant pas une première dans la salle de la rue Le Peletier ou aux Italiens, lui-même doté d’une belle voix de ténor, il pratiquait également le violon. Son ami Vaucorbeil lui dispensa quelques leçons, vite inutiles tant Doré se montrait bon élève, si l’on en croit un ouvrage publié en 1885 : La Vie et les œuvres de Gustave Doré d’après les souvenirs de sa famille, de ses amis et de l’auteur, par Blanche Roosevelt. Un autre lot de la vente jouait un air de plus sombre mémoire, l’emprisonnement de Louis XVI au Temple, évoqué par un reliquaire en forme de cœur conservant une mèche de cheveux du roi. Plusieurs acheteurs français bataillaient cette relique historique, emportée pour 15 200 €. On doit à François Hüe, premier valet de chambre du souverain, qu’elle soit parvenue jusqu’à nous (voir l'article À cœur ouvert de la Gazette n° 5, page 62). Le troisième résultat à retenir concerne une aquarelle et crayon de Paul Signac, Deux mâts à quai, emportée pour 8 540 €.

dimanche 09 février 2020 - 14:00 - Live
33, rue du Général-Colin 78400 Chatou
Hôtel des ventes de Chatou - SCP Vincent Dragon
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne