Fenêtres sur l’âme, avec Vien et Zao Wou-ki

Le 05 juin 2020, par Philippe Dufour

Voici deux artistes que les années et les techniques séparent ; chacun cependant s’adressait ici directement à notre sensibilité, à travers un regard ou une touche de couleur…

Zao Wou-ki (1921-2013), Sans titre, 1972, lavis d’encre, signé et daté, 32,5 42,5 cm.
Adjugé : 37 200 €

Le maître de la peinture moderne Zao Wou-ki, influencé par sa formation artistique en Chine, utilise avec génie des encres pour transcrire ses états d’âme. En résulte par exemple l’œuvre Sans titre (32,5 42,5 cm), signée et datée 1972, dont la force, née de l’habituelle confrontation ombre et lumière irradiante, justifiait un résultat de 37 200 €. Un clair-obscur encore : celui auréolant le très sensible Portrait de Jean-Marie Vien, fils de l’artiste (46 37,5 cm) peint par son père, Joseph-Marie Vien, et qui a fait l’objet du Zoom régions de la Gazette n° 20 (voir l'article L’amour paternel au XVIIIe siècle par Joseph-Marie Vien page 20). Connue seulement par un pastel et un dessin (tous deux aujourd’hui au musée des beaux-arts de Béziers), la représentation perdue réapparaissait pour la première fois, ce qui n’a pas manqué de déclencher une préemption par le musée Fabre de Montpellier, ville natale de Vien. L’institution héraultaise l’emportait pour 22 320 €. Une toile d’André Lhote lui succédait, représentant la Neige dans la campagne de Gordes (46 61 cm) et exécutée vers 1940-1941. L’authenticité du paysage – exposé par la galerie Maillet et Martin à Lyon en 1942 –, a été confirmée par Dominique Bergmann-Martin. Aussi son prix s’établissait-il à 22 568 €. Il fallait enfin aller du côté des îles Marquises (probablement Nuku Hiva), pour relever l’excellent score établi par une massue façonnée dans un bois lourd, au tout début du XIXe siècle ; sur chacune des deux faces, grimacent deux têtes de tiki en haut relief, une autre dominant les frises ornementales latérales. Expertisée par Jean Roudillon quelque temps avant sa disparition, l’arme, aussi appelée « U’u » (h. 145, l. 14,5 cm) et au poli sombre obtenu après de complexes manipulations (bain de taro et application d’huile de coco), ne nécessitait pas moins de 26 288 €.

Joseph-Marie Vien (1716-1809), Portrait de Jean-Marie Vien, fils de l’artiste, huile sur toile, 46 x 37,5 cm. Adjugé : 22 320 €
Joseph-Marie Vien (1716-1809), Portrait de Jean-Marie Vien, fils de l’artiste, huile sur toile, 46 37,5 cm.
Adjugé : 22 320 
Panorama (après-vente)

Hommage à Karl Lagerfeld

Cet Autoportrait de Karl Lagerfeld a été brossé dans le cadre d’un happening organisé pour un numéro spécial de Madame Figaro en 2014.

Brossé dans le cadre d’un happening artistique, organisé pour un numéro spécial de Madame Figaro en 2014, cet Autoportrait (100 100 cm) de Karl Lagerfeld (1933-2019) a constitué, avec 17 980 €, l’un des clous de la vente d’Ivoire - Boisseau-Pomez OVV, à Troyes le jeudi 28 mai (voir l'article Lagerfeld par lui-même de la Gazette n° 20, page 136). Le personnage iconique de la mode s’y est représenté avec ses attributs habituels : lunettes de soleil, catogan, haut col blanc, veste et cravate noires… Exécutée à la gouache sur une toile, l’œuvre demeure une représentation fidèle de celui qui donna un second souffle à la maison Chanel.

jeudi 28 mai 2020 - 14:00 -
1, rue de la Paix 10000 Troyes
Ivoire - Boisseau-Pomez (Boisseau, Pomez)
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne