Dans les filets de Claude Viallat

Le 17 juin 2021, par Philippe Dufour

Lors de cette session méridionale, beaucoup de métaux précieux et de gemmes entouraient l’œuvre de l’artiste nîmois s’inscrivant dans un chapitre particulier de ses recherches.

Claude Viallat (né en 1936), Composition sur filet, acrylique sur Vlieseline et filet, 148 138 cm.
Adjugé : 13 198 

Les cordes à nœuds apparaissent dès 1968 dans le travail de Claude Viallat. Ces éléments surprenants découlent directement de la volonté de déconstruction de la toile par le plasticien, et de sa réflexion sur ses éléments constitutifs. Parmi ceux-ci, la trame qui, grossie, devient un filet… Ce dernier, le plus souvent traité pour lui-même, peut aussi devenir le support de matières colorées disposées arbitrairement. C’est le cas de la brillante Composition sur filet présentée ici, réalisée en acrylique sur Vlieseline (148 138 cm), pièce virtuose qui n’a pas manqué de retenir 13 198 €. Dans les vitrines, une pièce de joaillerie brillait : un collier du créateur Torguet, en ors rose et jaune. Il se compose d’une double chaîne maille jaseron, retenant un important pendentif orné d’une opale figurant un ciel, et d’un visage de femme en cristal de roche, l’entourage étant feuillagé, émaillé et parsemé de dix diamants de taille brillant (totalisant 0,60 ct environ) ; en son centre, une pampille en saphir de Ceylan de 6,15 ct, de taille coussin et une perle fine naturelle de forme poire de 10,08 ct. Pour porter cette parure très poétique, il fallait avoir prévu 12 953 €. En échange de 7 210 €, on la complétait d’un bracelet avec une ligne en or gris rhodié, orné de quarante et un diamants de taille brillant, totalisant 9 ct environ, de couleur présumée G/H, pour une pureté VS2/SI1 (l 18,7 cm, poids brut : 14,9 g).

vendredi 11 juin 2021 - 09:00 - Catalogue
Ivoire - Hôtel des ventes de Nîmes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne