La Pallas, une déesse de la route

Le 05 décembre 2019, par Philippe Dufour

Chinoiseries du XVIIIe siècle et porcelaines d’Extrême-Orient composaient ce menu nîmois, où l’on goûtait surtout aux charmes d’une célèbre version de la DS.

Citroën DS 23 IE Pallas, 130 cv, mise en circulation : 26/11/1974.
Adjugé : 26 884 

La Pallas, puisqu’il s’agit d’elle, n’est autre que la Citroën DS 23 IE ; son appellation joue sur les mots et l’apparente, savamment, à la déesse grecque de la sagesse, Athéna… Notre modèle lui, mis en circulation le 26 novembre 1974, a engrangé 26 884 €. Parée d’un beau gris métallisé, la voiture (n° de série 2FG5934) développe 130 cv, à partir d’un moteur quatre cylindres, et est équipée d’une boîte mécanique cinq rapports, sans oublier l’injonction électronique, innovation proposée par cette version. Sortie début 1973, la DS 23 a remplacé la version 21, et arbore l’inscription «Pallas», apposée sur sa custode à l’arrière. On se transportait ensuite au XVIIIe siècle, pour admirer une paire d’encoignures (90,5 74 50 cm) en bois laqué à décor de «chinoiseries» dorées à dessus de marbre, portant l’estampille de Jacques Dubois, reçu maître en 1742. On le sait, l’ébéniste s’était fait une spécialité des vernis reproduisant les laques extrême-orientales. Elles changeaient de mains pour 14 932 €. Authentiquement chinois, un bassin en porcelaine, fabriqué pour la Compagnie des Indes au XVIIe siècle, mettait en scène des personnages dans un décor de pavillon ; caractéristique de la période «famille verte», il ne recueillait pas moins de 17 108 €. Du côté des écrins, une bague demi-jonc en or gris jetait tous ses feux, grâce à un diamant de taille ancienne de 3,3 ct environ, de couleur présumée I/J, et de pureté présumée SI3 (poids brut 8 g) ; on la portait à 12 220 €.

samedi 30 novembre 2019 - 09:00, 14:00 - Live
21, rue de l'Agau 30000 Nîmes
Ivoire - Hôtel des ventes de Nîmes
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne