Les charmes discrets de l’Ancien Régime

Le 28 mai 2020, par Philippe Dufour

Cette dispersion bourguignonne était consacrée en grande partie aux arts décoratifs des XVIIet XVIIIe siècles, témoins d’un véritable art de vivre.

Époque Louis XVI. Paire de pots-pourris en marbre ou spathfluor et bronze doré, h. 40 cm.
Adjugé : 30 625 

On retrouvait ici, forcément, ces accessoires indispensables à tout intérieur aristocratique : les pots-pourris, diffuseurs de senteurs émises par des pétales, des feuilles séchées, souvent mêlés d’épices. Datant de l’époque de Louis XVI, ceux-là composent une paire (h. 40 cm) réalisée dans une pierre veinée, du marbre ou du spathfluor (fluorine), qu’agrémente un décor de bronze doré constitué de guirlandes, rattachées à de hautes anses découpées, alors que le fretel prend la forme d’une grenade ouverte. Notons encore que leurs consolidations sont d’origine. Des objets alliant esthétique et utilité donc, qui ont trouvé preneur à 30 625 €. On pouvait même les disposer sur une somptueuse table à gibier en chêne sculpté formant console, exécutée à l’époque de la Régence (82 125 68 cm), à condition de débourser 11 875 € ; utilisée pour présenter le produit des chasses quotidiennes, elle affiche sur trois faces le caractéristique décor de masques souriants et de rinceaux, une entretoise en «X», ainsi qu’un plateau de marbre rouge griotte. Enfin, pour 5 625 €, c’est une classique commode tombeau d’époque Louis XV (90 130 66 cm) qui fermait la marche. Ouvrant à cinq tiroirs, dont trois sur le premier rang, elle est habillée de bois exotiques, car parée d’un frisage de palissandre et de satiné, ainsi que d’une garniture de bronze doré.

dimanche 17 mai 2020 - 14:30 -
34, rue Aristide-Briand 89300 Joigny
Joigny Enchères - Joigny Estimations
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne