Le dessin plébiscité d’un jeune homme inconnu

Le 21 novembre 2019, par Philippe Dufour

Lors d’une vente où de nombreux lots provenaient du château de Treulan, en Bretagne, la peinture moderne et les arts décoratifs brillaient avec éclat, emmenés par un dessin anonyme, mais hors du commun.

École française fin XVIIIe-début XIXe siècle, Jeune homme de profil, dessin à la craie blanche et au fusain, 19,3 17,2 cm à vue.
Adjugé : 43 772 

Donné à l’école française de la fin du XVIIIe siècle ou du début du suivant, une feuille spectaculaire montrait un Jeune homme de profil, exécuté à la craie blanche et au fusain (19,3 17,2 cm à vue). Délicatement rendus, les contours de ce visage énergique et antiquisant jouent d’une savante graduation de noirs et de gris. Peu étonnant donc, que 43 772 € aient récompensé une œuvre due, sans aucun doute, à un excellent maître de la période… Changement de ton radical, avec un paysage de Gerard Sekoto ; musicien et peintre sud-africain, l’un des premiers artistes noirs de son pays à être reconnu, il livrait ici une vue de Paris, les quais (50 61 cm), huile sur toile inscrivant pas moins de 13 764 €. Quant à Émile Grau Sala, passionné de courses équestres, c’est du côté de l’hippodrome de Longchamp, qu’il nous emmenait avec une toile de 1963 (60 73 cm), analysée dans la Gazette n° 37 (voir l'article Grau Sala en piste page 146). Elle était à vous en échange de 10 044 €. Émile Bernard signait de son côté La Femme au béret (68 51 cm), aux alentours de 1934 ; exécutée sur un carton, contrecollé sur panneau, la peinture est bien répertoriée dans l’ouvrage de Jean-Jacques Luthi et Armand Israël, Émile Bernard, sa vie son œuvre, catalogue raisonné, édité en 2014 (4 960 €).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne