Joubert rejoint le Louvre

Le 30 mai 2019, par Sophie Reyssat

Sur le podium, Jean-Paul Alaux, Mathurin Méheut et Jean Joubert, dont des gouaches réalisées pour Versailles ont été préemptées par le Louvre.

Jean Joubert (actif vers 1643-1707), Abraham et Sarah se rendant en Égypte, Rebecca donnant à boire aux serviteurs d’Abraham (détail reproduit ici), deux gouaches ovales sur vélin tendu sur panneau de chêne, l’une signée à la gouache dorée «Ioubert» et titrée, 25 31,5 cm chaque.
Adjugé : 14 536 

Ces deux œuvres de Jean Joubert vont enrichir les collections du Louvre, et ce n’est que justice : le musée conserve déjà soixante-neuf miniatures de l’artiste représentant des scènes de l’Ancien et du Nouveau Testament. Il en existait à l’origine cent trente-six, réalisées pour un cabinet de Versailles dont elles couvraient les murs dans un accrochage serré, rythmé par l’alternance des œuvres ovales et rectangulaires. Christian Baulez précise que la pièce  peut-être créée pour l’infante Marie-Anne Victoire d’Espagne, qui résida au château le temps de ses fiançailles avec Louis XV, et ensuite occupée par la reine Marie Leszczynska  fut remaniée plus d’une fois. Retirées en 1730, les miniatures sont mentionnées en 1785, alors conservées dans une caisse du magasin de la Surintendance des bâtiments. Grand bond jusqu’au début du XXe siècle avec Jean-Paul Alaux et ses Visions japonaises, composées de douze estampes couleur sous chemise, datées de 1909, 1912 et 1913. Éditées par Devambez en 1920 et dédicacées à M. Jean Corret, elles étaient saluées à hauteur de 21 488 €. Autour de la même époque, Mathurin Méheut s’émerveillait pour les Rochers en sous-bois à Fontainebleau, les peignant à l’huile sur deux panneaux de cartons, réunis et montés sur châssis, dont les couleurs d’automne séduisaient pour 17 822 € (voir Gazette n° 20, page 126). Cette vente généraliste faisait également voyager en Corée, grâce à une paire de coffres «ich’ung nong» du XIXe siècle, probablement réalisée dans la province Kyonggi et ici négociée à 10 744 €. Sur le bois laqué noir, les incrustations de nacre dessinent des oiseaux, des bambous et des fleurs, dans un paysage lacustre ponctué de pavillons. Irena Codreanu  ou Codreano , une artiste de l’école de Paris originaire de Roumanie ayant étudié auprès de Bourdelle et travaillé dans l’atelier de Brancusi, était remarquée à hauteur de 7 331 € pour Odihna, un nu féminin assis à patine brun-rouge.
 

Jean Joubert (actif vers 1643-1707), Abraham et Sarah se rendant en Égypte, Rebecca donnant à boire aux serviteurs d’Abraham, deux gouaches ovales sur
Jean Joubert (actif vers 1643-1707), Abraham et Sarah se rendant en Égypte, Rebecca donnant à boire aux serviteurs d’Abraham, deux gouaches ovales sur vélin tendu sur panneau de chêne, l’une signée à la gouache dorée «Ioubert» et titrée, 25 31,5 cm chaque.
Adjugé : 14 536 
dimanche 26 mai 2019 - 14:30 - Catalogue
2, rue du Docteur-Leray - 95880 Enghien-les-Bains
Goxe - Belaisch - Hôtel des ventes d'Enghien
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne