Gazette Drouot logo print

Médailles impériales et portrait de Valtat

Publié le , par Philippe Dufour

L’Autrichien Anton Franz Widemann tenait le haut du pavé, à travers trois de ses caractéristiques profils gravés dans l’or qui créaient la surprise.

Médailles impériales et portrait de Valtat
Anton Franz Widemann (1724-1792), trois médailles en or (24 ct), A/ Marie Thérèse d’Autriche de profil - R/ François Ier du Saint Empire de profil, A/ Marie Thérèse d’Autriche de profil - R/ Marie Thérèse d’Autriche à cheval, A/ Joseph II de profil - R/ Emblème avec devise «Virtute et Exemplo, poids total 105,1 ; boîte circulaire en or rose (14 ct, 131,5 g, diam. 7,2 cm), écrin en cuir.
Adjugé : 135 000 

L’homme, né à Dux (aujourd’hui Duchcov, en République tchèque) et mort à Vienne, était le médailleur favori de l’impératrice Marie-Thérèse. Autour de 1750, Anton Franz Widemann suit l’enseignement de Franz Scheg  (1711-1787), un maître en la matière établi à Munich. Puis il livrera d’innombrables médailles pour la dynastie des Habsbourg, mais aussi pour les familles royales apparentées, bavaroises et françaises. À Auxerre, dans une boîte ronde en or rose à décor gravé d’instruments de musique, munie de son écrin en cuir, brillaient justement trois de ses médailles en or (24 ct). Si la première et la seconde représentaient à l’avers Marie Thérèse d’Autriche de profil, sur la troisième, c’était au tour de Joseph II de profil d’apparaître, et à son revers l’emblème avec la devise : «Virtute et Exemplo. Le poids des trois s’établit à quelque 105,1 g. Enfin, les papiers manuscrits les accompagnant portent les dates de 1776 et 1778… Il n’en fallait pas mois pour déclencher une enchère de 135 000 €. C’est la fraîcheur de l’enfance qui était de mise avec le lot suivant, représentant Jean jouant dans sa chaise de bébé (45,5 52 cm). Pour cette huile sur papier marouflée sur toile de Louis Valtat, monogrammée en bas à droite, il fallait avoir prévu 21 980 €. Même ambiance mutine avec L’Amour indiscret signé par Xavier Barthe au début du XXe siècle ; la statue en marbre blanc sur base d’onyx (h. 85,5 cm) attirait 7 320 €. Pour le même prix, on basculait du côté des arts décoratifs, avec un vase balustre (26,5 cm) en verre bleu à décor émaillé de fleurs, marqué «E. Gallé déposé». Toujours dans ce domaine, la palme revenait à deux potiches (h  46 cm et 48,5 cm) de la fin du XVIIIe siècle pouvant former paire : ces porcelaines de Canton étaient emportées contre 8 784 €.

tableaux, mobilier et objets d'art, art d'Asie, monnaies, sculptures, bronzes
dimanche 09 février 2020 - 14:30 (CET) -
Auxerre Enchères
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot