Jules Noël et l’Indochine à l’honneur

Le 18 avril 2019, par Philippe Dufour
Jules Noël (1810-1881), Le Tréport, huile sur toile, 1874, 27 38 cm.
Adjugé : 7 800 

De son vivant, le paysagiste Jules Noël connaît une grande célébrité, étant tout particulièrement apprécié pour ses marines, saisies sur le motif en Bretagne et en Normandie. Sa rencontre avec le duc de Nemours, lors de la visite du prince à Nantes en 1844, lui ouvre les portes des salons parisiens, et il obtient la chaire de dessin du lycée Henri IV. Durant la décennie 1870, le peintre se rend souvent au Tréport, qu’il fixera à plusieurs reprises, comme dans cette toile de 1874 où la mer scintille de mille reflets au pied des falaises. Une atmosphère si lumineuse que le tableau devait être saisi à 800 €. Pourtant, ce sont deux huiles anonymes, sur papier marouflé sur toile, formant une paire, qui décrochait le meilleur score : pas moins de 22 800 €. De l’école française du XIXe siècle, elles représentaient un Paysage de montagne avec torrent pour l’une, et un Paysage de bord de mer pour l’autre. Au rayon mobilier, s’affichaient d’autres bons résultats, tels les 4 800 € attribués à une typique table ronde de salle à manger Directoire en acajou, à plateau à abattants reposant sur six pieds fuselés. Mais les véritables gagnants de la session étaient, une fois de plus, venus d’Indochine. À commencer par une armoire formant cabinet en acajou sculpté de frises stylisées et feuillages, ouvrant par une porte en laque peinte de fleurs et objets, de la fin du XIXe ou du début du XXe siècle, déménagée en échange de 6 000 €. Ou encore une paire de fauteuils en palissandre sculpté de rinceaux fleuris et volutes en repercé, avec inclusions de trois plaques de marbre veiné gris, emportés pour 840 €. 

dimanche 14 avril 2019 - 10:00 - Catalogue
Ivoire - Guizzetti - Collet
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne