Gazette Drouot logo print

L’âge de pierre d’Eugène Dodeigne

Publié le , par Philippe Dufour

Une nouvelle édition des ventes lilloises consacrées à l’art du XXe siècle était placée sous l’égide d’une figure originale de la sculpture contemporaine.

L’âge de pierre d’Eugène Dodeigne
Eugène Dodeigne (1923-2015), Femme, 1960, sculpture en pierre de Soignies en trois parties, monogrammée «ED» à la base, 117,5 47 58 cm.
Adjugé : 23 750 

Fils d’un tailleur de pierre du Nord, Eugène Dodeigne a signé en 1960 cette figure imposante en trois parties, intitulée Femme (117,5 47 58 cm) et portant son monogramme à la base. Elle incarne toute la puissance d’une expression tellurique, basée sur l’éclatement de la pierre qui révèle l’énergie primordiale contenue dans le matériau. Il faut préciser que l’œuvre en pierre de Soignies (Belgique), et provenant de la collection Philippe Leclercq, a été présentée lors de la rétrospective consacrée à Dodeigne par le musée de La Piscine de Roubaix jusqu’en mai 2021 ; aussi devait-elle être disputée par plusieurs collectionneurs jusqu’à la somme de 23 750 €, à partir d’une estimation haute de 8 000 €. Les toiles contemporaines n’étaient pas en reste, à commencer par une sulfureuse Femme à la poupée de Robert Combas vers 2017. Cet acrylique (58 48 cm) a été adjugé 28 750 €. Et pour 25 000 €, c’est Ymir, une huile de Bengt Lindström marouflée sur carton et vue dans la Gazette n° 36 (voir l'article Le Grand Nord pour héritage page 129), qui changeait de mains. La grande composition (163 150 cm), exécutée aux environs de 1979, évoque un célèbre géant des légendes lapones, où l’artiste suédois a souvent puisé son inspiration. En revanche, la photographie de Gérard Rancinan, The Maids of Honour de 2009, reproduite page 110 de La Gazette n° 37 (voir l'article Marilyn investit la peinture de Vélasquez), n’a pas trouvé preneur.

Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot