La gloire d’Akbar

Le 23 mai 2019, par Anne Doridou-Heim

Résultats flamboyants pour deux miniatures extraites d’un manuscrit enluminé moghol du XVIIe siècle chroniquant la vie de l’empereur Akbar.

Attribuée à Dhanraj, Inde moghole, vers 1597, Akbar à la chasse sur la route de Lahore en 1560, peinture montée sur une page de dictionnaire de 1619, 33,4 22,4 cm (miniature).
Adjugé : 400 000 

Deux peintures, attribuées à l’artiste Dhanraj pour l’une et à Dharmdas pour la seconde, toutes deux exécutées vers 1597, s’envolaient littéralement dans cette vente en étant adjugées à respectivement 400 000 et 275 000 €. Des prix rarement atteints sur le marché parisien par de telles pièces. Un beau succès donc et un motif de réjouissance à mettre sur le compte de leur très bel état de conservation, mais aussi de leur historicité. Ces œuvres sont inédites, ayant été réalisées pour le manuscrit dit du «second Akbarnama» avant d’être montées sur deux pages du dictionnaire Farhang-I Jahangiri vers 1619. L’Akbarnama, connu aussi sous le nom de «Chronique de l’empereur Akbar», est, ainsi que la Gazette no 18 du 10 mai (page 56) le relatait, un texte rédigé par le ministre Abu’l Fazl (1551-1602) sur une commande de son empereur. Deux épisodes de la vie bien remplie d’Akbar (1542-1605) y sont décrits, une scène de chasse et une bataille. L’empereur arrive sur le trône comme troisième représentant de la dynastie moghole, régnant sur l’Inde de 1526 à 1858. C’est grâce à son œuvre, et à celle de trois de ses successeurs, que l’expression fameuse de «Grand Moghol» est née. On doit à son actif l’extension de la domination sur toute l’Inde du Nord, la centralisation du pouvoir, le développement d’une administration moderne et l’unification monétaire. La peinture attribuée à Dharmdas évoque d’ailleurs un épisode guerrier s’étant déroulé en janvier 1573 à Patan, dans le Gujarat : Khan A’Zam Mirza Aziz Koka repoussant les Afghans sous le commandement d’Ibrahim Husayn Mirza. Il faut reconnaître en matière artistique, et ce dans toutes ses manifestations, que cette période de plus de trois siècles témoigne d’un soin et d’un équilibre dans l’exécution jamais atteints auparavant, combinés à une somptuosité discrète. C’est ce dont témoignent ces deux miniatures d’une rare qualité. Après tant d’actions bénéfiques, l’empereur avait bien droit au délassement princier et de partir à la chasse.

Panorama (après-vente)

Napoléon empereur

Le 23 mai 2019, par Anne Doridou-Heim

Quatre médailles en or frappées sous le règne de Napoléon Ier (1804-1814) pour commémorer des épisodes marquants de l’Empire s’alignaient chez KLF - Catherine Kalck, Guillaume Le Floc’h (Mme Berthelot-Vinchon), mercredi 15 mai à Drouot. Il s’agissait de beaux et rares exemplaires, et les résultats ont été à la hauteur. 47 500 € récompensaient ce spécimen de 1805 frappé à l’occasion de l’entrée triomphale à Gênes, le 29 juin, après la réunion de la Ligurie à la France. 40 000 € allaient à celui exécuté à Milan en 1810 pour célébrer son mariage avec Marie-Louise. Aucune ombre alors ne planait sur l’Empire… Enfin, 22 500 et 15 000 € s’alignaient pour, respectivement, une médaille spécialement éditée pour le couronnement à Paris et une dernière, à nouveau pour le mariage de Napoléon avec la nouvelle impératrice.

mercredi 15 mai 2019 - 13:30 - Live
KLF - Catherine Kalck, Guillaume Le Floc'h ,
Le Floc'h
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne