Souvenir d’enfance

Le 08 décembre 2017, par Anne Doridou-Heim

Si l'on pouvait s’attendre au succès d’un renard dans sa poursuite de faisans – et tel fut le cas avec une prise de 50 800 € –, ce n'était pas le cas pour la toile portant la signature de l’un des plus fins ambassadeurs de la peinture animalière du XVIIIe siècle, Jean-Baptiste Oudry (1686-1755).

Étienne Bouchardy (1799-1850), La Petite Famille, portrait de Mme Bouchardy et de ses fils Étienne et Joseph Bouchardy, vers 1825, miniature rectangulaire sur ivoire, 14 x 8,3 cm.
Adjugé : 57 150 €

Les 57 150 € reçus par cette miniature d’Étienne Bouchardy (1799-1850) étaient plus surprenants au regard des résultats habituels de l’artiste, tournant autour de quelques milliers d’euros, et lui offraient un record du monde haut la main (source : Artnet). Son auteur est bien connu du cercle des amateurs de peinture en miniature, en étant l’un des plus éminents représentants du genre au XIXe siècle : il participe régulièrement aux Salons de la Restauration et de la monarchie de Juillet, où ses petits travaux toujours délicats se font remarquer. Celui-ci possédait un petit supplément d’âme, son sujet. Il s’agissait en effet d’un triple portrait, le dépeignant en compagnie de sa mère et de son jeune frère, lors d’une séance familiale au doux parfum d’enfance. La miniature est un art toujours recherché dans la première moitié du XIXe siècle. Elle y vit ses dernières heures, avant d’être supplantée par une toute jeune concurrente, la photographie.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne