Visage contemporain par Hom Nguyen

Le 04 mars 2021, par Sophie Reyssat

Avec Richard Orlinski et Hom Nguyen, le geste se libère, dans la mouvance de l’art urbain.

Hom Nguyen (né en 1972), Personnage, acrylique sur toile, 90 90 cm.
Adjugé : 10 144 

Si l’on ne présente plus Richard Orlinski, dont le gorille Kong Baril Tag (69 37,5 20 cm) – une pièce unique en résine taguée de 2020 – jouait les gros bras pour 14 582 €, Hom Nguyen a véritablement fait son entrée sur la scène artistique en 2011, avec ses portraits. En 2016, l’exposition «Sans repères», au Palais de Tokyo, a permis de découvrir les visages monumentaux de l’artiste franco-vietnamien, inspiré par l’exil des boat-people. D’un format bien plus réduit, son Personnage est un concentré de sa technique. Il a été exécuté avec les mêmes traits instinctifs, déchirant l’espace pour donner vie aux formes et libérer les émotions. L’aventure d’un autre peuple était évoquée par la dispersion d’une collection de tableaux haïtiens, emmenés par l’un des peintres les plus réputés de l’île, Philomé Obin. 7 861 € étaient requis pour son huile sur masonite montrant Les Bourgeois du Cap-Haïtien vers l’an 1903 (61 76 cm, voir l'article Une collection de peinture haïtienne de la Gazette n° 8, page 91). D’autres œuvres faisaient remonter encore le temps, comme une Marine peinte en 1895 par Alfred Émile Léopold Stevens, moyennant 8 622 € (81,5 65,5 cm), mais aussi une maquette de décor (49,5 70,5 55 cm) réalisée par Charles Antoine Cambon pour l’acte IV d’Hernani donné au Théâtre-Français en juin 1867. Elle était préemptée à 1 750 € pour le compte de la Comédie-Française.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne