Le charme intact du style d’Imari

Le 19 mars 2020, par Philippe Dufour

On retrouvait à Morlaix les deux couleurs définissant la célèbre porcelaine japonaise, mais dans sa version chinoise, grâce à une paire de potiches couvertes.

Chine, XVIIIe siècle. Paire de vases de forme balustre couverts, en porcelaine de style imari, h. 47 cm.
Adjugé : 12 276 

Les deux vases de forme balustre (h.  47 cm) se parent de pivoines, chrysanthèmes et branchages de fleurs, leur épaulement est orné de grands lambrequins fleuris, tandis que le couvercle reprenant le même décor est surmonté d’un Luduan en guise de prise. Réalisés au XVIIIe siècle dans le style d’Imari, ils rappellent l’engouement européen pour cette production des fours d’Arita, embarquée vers l’Occident dans le port d’Imari, sur l’île de Kyushu. Très vite, lorsque le Japon se fermera, les Chinois vont copier cette caractéristique production en bleu et rouge. Pour détailler nos vases issus de cette veine continentale, un collectionneur offrait 12 276 €. Le lendemain 10 mars, place aux scores inscrits sur les bijoux et le mobilier ancien. A commencer par les 33 480 € donnés pour une bague solitaire (poids 4 g) en or gris et platine, sertie d’un diamant taille émeraude épaulé de deux diamants tapers. La gemme centrale accusait 4,14 ct, une couleur E (blanc exceptionnel) et une transparence SI2. Un grand classique suivait à quelques distances, affichant 8 804 € ; une somme remportée par un bureau plat galbé toutes faces de style Louis XV, mais fabriqué au XIXe siècle et portant l’estampille sur le haut des serrures de la maison Krieger à Paris (77 162 87 cm). La pièce arbore un décor de marqueteries florales en bois de violette sur un fond de satiné.

lundi 09 mars 2020 - 14:30 - Live
26 bis, allée Saint-François 29600 Morlaix - Saint-Martin-des-Champs
Dupont & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne