Lalique, un vase nommé Nanking...

Le 04 novembre 2020, par Philippe Dufour

Lalique et Picasso pour Madoura : les grands noms brillaient ici, représentés par leurs productions parfois virtuoses, à l’image de cet étrange vase à facettes évoquant la lointaine Chine…

René Lalique (1860-1945), vase Nanking dit aussi «Facettes triangulaires», verre blanc soufflé, moulé, patiné, signé à la pointe au-dessous «R. Lalique France N971», h. 33 cm.
Adjugé : 25 420 

Il est signé à la pointe au-dessous : «R. Lalique France N971», ne laissant aucun doute sur son auteur (voir l'article René Lalique, un artiste visionnaire de la Gazette n° 37, page 115). René Lalique a créé ce vase Nanking, dit aussi «Facettes triangulaires», le 23 septembre 1925 ; d’un modèle rare, il a été réalisé en verre blanc soufflé, moulé et patiné, affichant des volumes géométriques parfaitement art déco… Aussi a-t-il recueilli 25 420 €. Trois décennies plus tard, Pablo Picasso imaginait une nouvelle forme de céramique pour l’atelier Madoura de Vallauris, avec des pièces proches de l’œuvre d’art. En atteste un Plat à la colombe (32 38,5 cm) rectangulaire, en terre cuite polychrome incisée et au décor d’une colombe reposant sur un lit de paille. Marqué au revers «Édition Picasso», et en creux : «Madoura plein feu» «D’après Picasso», l’artefact a récolté 7 564 €. Maurice Le Scouëzec accompagnait ces deux grands créateurs ; il était l’une des figures les plus originales des Montparnos qui hantaient les cafés du carrefour Vavin, dans les années 1920. Son œuvre, très originale, était illustrée ici par une Femme aux yeux verts (75 53 cm), peinte à l’huile sur carton marouflé sur toile, située et datée  – comme il se doit – «Montparnasse, 8 mai 1921» ; portant le cachet de l’atelier, en bas à droite, et figurant au catalogue raisonné de l’artiste sous le numéro 2399, elle a inscrit 6 448 €.

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne