Voyager en beauté avec un cabinet flamand

Le 17 décembre 2020, par Philippe Dufour

Un rare mobilier des XVIe et XVIIe siècles était à l’honneur à Chinon, comme une brève anthologie des premiers éléments de rangement européens…

Flandres, XVIIe siècle. Cabinet de voyage, placage d’ébène et d’écaille teinté rouge, piétement postérieur, 154 88 46 cm.
Adjugé : 12 800 

Dans ce cabinet de voyage, ses propriétaires pouvaient serrer billets, bijoux et monnaies le temps d’un déplacement… Aussi s’habille-t-il d’une éblouissante parure en placage d’ébène et d’écaille teinté rouge ; derrière ses deux portes à décor de baguettes d’ébène en vaguelettes, se cachent neuf tiroirs ainsi qu’une porte, ouvrant elle-même sur un théâtre à trois glaces et marqueterie en damier d’os et d’écaille (154 88 46 cm). C’est à un ébéniste des Flandres, et du XVIIe siècle, qu’on doit autant d’équilibre – que vient conforter son piétement postérieur à six pieds en bois tourné –, couronné d’une enchère de 12 800 €. En remontant d’un siècle, on rencontrait un autre meuble d’importance : un dressoir dit «à la Du Cerceau» en noyer mouluré, sculpté et marqueté (143 109 48,5 cm), saisi à 9 720 €. Sa façade architecturée présente deux arches à deux colonnes avec un entablement soutenu par deux colonnettes et ouvrant par une porte à décor de trophée d’armure en marqueterie. Le style affiché est caractéristique de l’Ile-de-France de la fin du XVIe siècle. C’est pourtant du côté de la sculpture dix-neuvième qu’il fallait aller chercher le meilleur résultat – 21 350 € –, avec une figure de Prosper d’Épinay. Intitulé Marion, ce bronze à patine brun nuancé (42 63 cm) est situé et daté : «Rome 1879 - Fonderie Nelli Roma» ; il représente Marion, l’héroïne du poème «Rolla» d’Alfred de Musset (1833).

La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne