D’une vanité de Jan Fris aux courbes de Raoul Larche

Le 28 novembre 2019, par Philippe Dufour

À Bordeaux, opulence et fantaisie étaient de mise avec des pièces venues de Chine, du XVIIIe siècle, ou de l’art nouveau ; une toile plus sévère manifestait cependant une certaine retenue.

Jan Fris (vers 1627-vers 1672), Vanité, huile sur toile, 111,5 87 cm.
Adjugé : 49 200 

Le Hollandais Jan Fris proposait l’une de ses fameuses Vanités, reconnaissable grâce à la présence d’un accessoire récurrent : un casque rutilant et emplumé (voir l'article Jan Fris ou le bûcher des vanités de la Gazette n° 39, page 28). Il contraste violemment avec le crâne patiné, comme avec le dessin à la tête d’homme… Trois éléments symbolique évoquant peut-être une seule personne. Dans tous les cas, cette composition devait séduire par sa leçon d’humilité, à hauteur de 49 200 €. Réalisé dans l’empire du Milieu au XVIIe siècle, un élégant brûle-parfums couvert en bronze (h. 31,5 cm) recueillait 35 460 € ; il affecte une forme quadrilobée reposant sur quatre pieds, et sa panse présente un décor en léger relief de dragons stylisés, animaux fantastiques qui animent aussi son couvercle ajouré. Tout aussi chantournée, une paire de lampes décoratives Libellule, en bronze doré, à quatre lumières chacune (h. 69 cm), étaient dues au sculpteur Raoul Larche, secondé ici par le fondeur Siot-Decauville (dont elles portent le cachet). Ces épreuves, des fontes d’édition ancienne d’époque art nouveau, s’illuminaient pour 24 840 €. Du bronze doré, il y en avait aussi beaucoup (dont deux charmantes têtes d’enfants souffleurs), sur une partie de régulateur de parquet en palissandre de la première moitié du XVIIIe, probablement transformé au XIXe  (234 107 x 41 cm). «Commencé par Mathieu Kriegseisfen, achevé par Magny», précise une inscription sur le cadran inférieur indiquant les heures du jour et de la nuit. Il sonnait pour 17 220 €. Enfin, de René Lalique, la Source de la fontaine Telphuse (h. 53 cm avec le socle), une statuette en verre blanc moulé-pressé récoltait 15 744 €. Ce modèle créé le 29 avril 1924 et conçu pour la Fontaine des sources de France, à l’Exposition de Paris en 1925, porte la référence 849 dans le catalogue raisonné de Félix Marcilhac.

Raoul Larche (1860-1912), vers 1900, paire de lampes décoratives, Libellule, à quatre lumières chacune, épreuves en bronze doré, fondeur S
Raoul Larche (1860-1912), vers 1900, paire de lampes décoratives, Libellule, à quatre lumières chacune, épreuves en bronze doré, fondeur Siot-Decauville, h.  69 cm (chaque).
Adjugé : 24 840 
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne