Les écoles finlandaise et britannique à l’honneur

Le 05 mars 2020, par Philippe Dufour

À Vendôme, deux jours étaient consacrés à la peinture, ancienne pour la première session, moderne pour la seconde. On y découvrait en particulier l’œuvre de la Finlandaise Maria Wiik à travers neuf tableaux, qui ont su attiser les désirs de ses compatriotes d’aujourd’hui, mais aussi d’acheteurs suédois.

Maria Wiik (1853-1928), Portrait de Marietta, 1880, toile, 54,5 47 cm.
Adjugé : 39 600 €


Âprement disputé, c’est un Autoportrait de Maria Wiik peint vers 1886 (41,1 33,3 cm) qui raflait le meilleur score, 43 200 €, inscrit par le National Museum de Stockholm. Il était suivi par cette œuvre des plus attirantes et objet du Zoom régions de la Gazette n° 7 (voir l'article Maria Wiik, une finlandaise à Paris page 26) : Marietta, une adolescente coiffée d’un fichu. La toile date de l’été 1880, année où l’artiste, après cinq ans d’études artistiques à Paris, revient s’installer à Helsinki. Par la suite, professant dans sa ville natale, mais exposant et voyageant en Europe, elle deviendra une figure majeure de la modernité dans son pays. Son panneau double face, représentant d’un côté un Enfant mangeant près du feu et de l’autre un Enfant près du mur (33 22,5 cm), remportait ensuite 15 600 € ; tandis que le Portrait d’Elsa Lindberg enfant (17 x 14,3 cm), une toile marouflée sur panneau, partait à 12 000 €. Rappelons que cet ensemble nordique, comptant au total douze œuvres d’artistes divers, provenait de la descendance de la sœur de Maria Wiik, Emelia, installée près de Tours. Son résultat global s’élevait à 144 360 €. La veille, 24 février, la vedette n’était autre qu’une toile rougeoyante et caractéristique de sir Thomas Lawrence, le Portrait du révérend John Kenward Shaw-Brook (voir photo page de droite). Sans surprise, c’est un Britannique qui la décrochait à 24 000 €. Pour le même prix, on pouvait choisir La Fiancée d’Abydos d’Alexandre-Marie Colin (1798-1875), une composition sur toile inspirée par le fameux poème de Lord Byron et cette fois acquise par un amateur grec (45 61 cm). Quant au Portrait de femme accoudée (75 60 cm) par un suiveur de Peter Lely, un Polonais se l’appropriait pour 7 440 €.

Sir Thomas Lawrence (1769 -1830), Portrait du révérend John Kenward Shaw-Brook, toile marouflée sur panneau parqueté, 77 x 65 cm. Adjugé :
Sir Thomas Lawrence (1769 -1830), Portrait du révérend John Kenward Shaw-Brook, toile marouflée sur panneau parqueté, 77 65 cm.
Adjugé : 24 000 €
lundi 24 février 2020 - 14:00 - Catalogue
Hôtel des ventes, route de Blois 2, rue Albert-Einstein 41100 Vendôme
Rouillac
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne