facebook
Gazette Drouot logo print

Gants blancs pour une féline égyptiennne

Le 25 mars 2021, par Anne Doridou-Heim

Sous la protection de la déesse Bastet, la dispersion de la succession de Sylvia Wildenstein regardait les enchères en face.

Gants blancs pour une féline égyptiennne
Égypte, époque saïte ou Basse Époque, XXVIe-XXXe dynastie (664-332 av. J.-C.). Statuette votive en bronze figurant la déesse Bastet sous sa forme féline, h. 34 cm.
Adjugé : 445 692 

Pourvue de bien des qualités, la statuette était promise à une belle surprise – voir l'article Succession Wildenstein page 47 de la Gazette n° 10 du 12 mars. De fait, la déesse Bastet, sculptée sous sa forme féline à l’époque saïte ou à la Basse Époque, soit entre les XXVIe et XXXe dynasties, a frappé les esprits et délié les envies. Après une belle bataille d’enchères, elle a finalement été emportée à 445 692 €. Elle devient ainsi le plus bel atour de la dispersion de la succession de Sylvia Wildenstein (1933-2010), l’épouse de Daniel, le grand marchand d’art décédé en 2001. On n’y remarquait pas de peinture – en tout cas rien d’important – mais un bel ensemble d’objets d’art et d’ameublement traduisant un goût pour le grand style et les belles époques, matérialisé par un produit total vendu de 1 128 126 €. Une suite de six fauteuils à châssis et dossier plat en hêtre redoré remontant au règne de Louis XV était acquise à 34 284 €. Deux sur six sont estampillés Tillard, mais lequel ? Le père ou le fils ? Jean-Baptiste I et II – le premier ayant accédé à la maîtrise en 1717, le second en 1752 – utilisaient la même signature et le fils travaillait dans l’esprit paternel. Difficile donc de les différencier. La question cependant ne semble pas diviser les enchérisseurs. Ensuite, une statuette en bronze à patine médaille, figurant Flore (h. 35,5 cm) dénudée tendant des roses à Cupidon et certainement sculptée dans l’entourage de Corneille Van Clève (1645-1732), séduisait à 33 141 €. La pièce est dans l’esprit de sa propriétaire, élégante. Une paire de carlins (h. 13,5 cm) portant un collier orné de grelots en porcelaine de Meissen du XVIIIe siècle veillait avec fidélité à 23 427 €, tandis qu’une gouache de Desmond Charles Tallon (né en 1950), dessinée sur plusieurs feuilles de programmes de la 5e course du Prix de l’Arc de Triomphe, et figurant dans le coin gauche Sylvia Wildenstein et le jockey Olivier Peslier, rappelait à 14 280 € une passion familiale et ce prix mythique, deux fois remporté par l’un de leurs chevaux.

Suite de six fauteuils à châssis et dossier plat en hêtre redoré, sculpté de grenades éclatées et cartouches, deux estampillés Tilliard, 9
Suite de six fauteuils à châssis et dossier plat en hêtre redoré, sculpté de grenades éclatées et cartouches, deux estampillés Tilliard, 96 70 65 cm.
Adjugé : 34 284 
vendredi 19 mars 2021 - 13:30 - Live
Beaussant Lefèvre & Associés
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot