facebook
Gazette Drouot logo print

Les œuvres révélées de l’atelier de Jean Fréour

Le 05 septembre 2019, par Philippe Dufour

À Batz-sur-Mer, la dispersion des sculptures demeurées dans l’atelier du sculpteur Jean Fréour, disparu en 2010, a rencontré un véritable succès avec plus de 3 000 visiteurs.

Les œuvres révélées de l’atelier de Jean Fréour
Jean Fréour (1919-2010), Anne de Bretagne, sculpture en bois signée, h. 81 cm.
Adjugé : 29 760 

L’événement a aussi permis de mieux faire connaître l’œuvre de cet artiste discret et exigeant, qui avait conservé nombre de ses œuvres pour lui – réparties ici en pas moins de 223 lots. Né à Nantes, le plasticien est reconnu internationalement, après des études à Bordeaux, Paris et un séjour à la Casa Vélasquez à Madrid, en 1952. Il n’en oublie pas pour autant la Bretagne, et adhère au fameux mouvement artistique breton Seiz Breur. Aussi sa province natale restera-t-elle l’un ses thèmes de cœur. En témoigne cette statue en bois d’Anne de Bretagne, d’une grande sensibilité, réduction (81 cm) de la sculpture en bronze qui trône depuis 2002 devant l’entrée du château des Ducs à Nantes ; elle était disputée jusqu’à 29 760 €. Le corps de la femme a été l’autre grand sujet de prédilection de l’artiste, magnifié ici à travers Mystère, un nu ciselé dans le marbre gris de Fiesole, enlevé à 26 040 €. Ou encore l’Aurore, un bronze à la cire perdue de Valsuani, et numéroté 1/8 (21 328 €). Ce fondeur avait la préférence de Fréour, et c’est encore à lui qu’il devait faire appel pour Le Jeune Éphèbe, d’une bonne taille (h. 92 cm) et numéroté 2/8, acheté 16 740 €. La Danse, encore un bronze à la cire perdue de Valsuani (numéroté 1/8), déployait ensuite ses rythmes dans l’espace, en échange de 16 616 €. Plus tourmentée, la figure tragique du Destin, symbolisé par une femme cachant son visage dans ses bras, a quant à elle, été fondue par Coubertin, n° 4/8 (16 120 €). Jean Fréour aimait aussi à ciseler ses corps voluptueux dans les bois exotiques tels l’amarante, l’izombé ou le padouk, d’où précisément il fait émerger Lillo, la femme pensive, attirant 11 780 €.

mardi 30 juillet 2019 - 14:15 - Live
Adjug'Art
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot