Rayonnant Kupka, abstraction et vitalité

Le 05 avril 2018, par Anne Doridou-Heim
Frantisek Kupka (1871-1957), Étude pour «Circulaires et rectilignes», vers 1935, gouache, 30 x 30,7 cm.
Adjugé : 87 100 €

Frantisek Kupka (1871-1957) a tracé son chemin à part dans la galaxie de l’abstraction. Son indépendance d’esprit et sa volonté de retrait par rapport aux classifications et aux regroupements d’artistes lui auront coûté cher. L’histoire de l’art l’a un peu oublié, lui préférant Kandinsky, Malevitch et Mondrian, présentés partout comme le triumvirat créateur. Pourtant, et la magnifique rétrospective lui étant enfin consacrée actuellement au Grand Palais (voir page 201) le prouve, Kupka est un jalon essentiel sur cette route. L’œuvre du peintre tchèque est un tourbillon de lignes et de courbes, qui n’a rien de sec grâce à la dynamique qu’il sait donner à ses formes élémentaires et à une vibration colorée orchestrée avec brio. Cette gouache réalisée vers 1935, une Étude pour «Circulaires et rectilignes», se joignait au concert et jouait sa partition à 87 100 € : un résultat tout à fait conforme à la cote sur le marché international de ce type d’œuvres sur papier de l’artiste. Le regard était happé par les disques rouges constitués d’innombrables points, un travail dans la mouvance de la grande toile du Centre Pompidou, Autour d’un point (194,5 x 200 cm), et qui faisait office de première synthèse, dans les années 1920, des recherches du peintre sur les formes giratoires.

lundi 26 mars 2018 - 14:30 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Leclere - Maison de ventes ,
De Baecque et Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne