Björn Borg magistral

Le 15 octobre 2020, par Anne Doridou-Heim

Le roi du court des enchères, c’est lui ! Son cliché a affolé les compteurs de la dispersion d’une partie du fonds de photographies de L’Équipe.

Björn Borg, finale de Wimbledon, 1980, impression jet d’encre sur papier baryté, tirage unique postérieur, édition 1/1, 60 80 cm.
Adjugé : 12 760 
© Jean-Marc Pochat/L'Équipe

Dimanche après-midi, sur la terre battue de Roland-Garros, Nadal était «vertigineux» (titre de L’Équipe du lundi 13 octobre) ! Le 5 juillet 1980, sur le gazon de Wimbledon et face à John McEnroe, c’est Björn Borg qui l’était, en remportant la finale lors d’un match historique et un cinquième titre sur place. Aux enchères aussi, le Suédois était le roi. Parmi les 201 photos mises en vente pour la première fois par le quotidien sportif et à l’issue d’un marathon de près de cinq heures, il raflait le trophée. Le cliché le représentant à genoux sur le court après sa victoire emportait 12 760 €. Évidemment, la Gazette avait mis en avant Yannick Noah laissant éclater sa joie après avoir vaincu Mats Wilander en 1983 (voir l'article Tout le sport en photo page 42 de la Gazette n° 34 du 2 octobre), un peu de chauvinisme assumé ! Et d’ailleurs, c’est l’image qui a été désignée comme photo préférée du catalogue de L’Équipe par les internautes. Le champion français n’a pas démérité et recevait 7 911 €. En dehors du tennis, star de la semaine, une photographie de Kylian Mbappé embrassant la Coupe du monde le 15 juillet 2018 marquait 3 190 € et celle de Michel Platini levant les bras après le succès de l’équipe de France en finale de l’Euro face à l’Espagne, le 27 juin 1984, 5 742 €. Les autres tirages uniques postérieurs spécialement édités pour cette vente prenaient la route – Greg LeMond et Bernard Hinault dans la montée de la Croix-de-Fer lors du Tour de France 1986 (3 955 €) – ou la mer – Florence Arthaud au départ de la Route du Rhum en 1986 (1 020 €) – pour des valeurs majoritairement comprises entre 1 000 et 4 000 €. Un franc succès donc pour cette vente célébrant «Un siècle de photos de sport» qui touchait au cœur les passionnés et au cours de laquelle 80 % des lots ont trouvé preneur. Tout avait été soigneusement mis en œuvre pour que chacun puisse s’y retrouver, revivre un moment d’émotion, revoir des visages connus et admirés, parfois trop tôt disparus – le profil solaire d’Éric Tabarly à la barre de son Pen-Duick (2 042 €). Tennis, foot, cyclisme, ski, rugby, golf… personne n’était oublié. On espère une prochaine édition !

vendredi 09 octobre 2020 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Boisgirard - Antonini
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne