Résultats parlants pour la collection Legendre

Le 24 octobre 2019, par Anne Doridou-Heim

Passionné par la grande époque du cinéma muet, un professionnel de l’image avait réuni un ensemble de photographies sur le sujet, toutes prises entre 1900 et 1929.

L’Amant de la Lune ou Rêve à la Lune, Pathé Frères, cinq photographies originales, 1905, 112 x 16,2 cm.
Adjugé : 12 250 

Plus de deux cents numéros composaient ce fonds, dispersé pour la somme totale de 168 222 €. C’est en véritable passionné que Philippe Legendre a réuni pendant plus de vingt ans cet ensemble unique, ainsi que nous l’apprenait l'article Collection Philippe Legendre de la Gazette no 34 du 11 octobre (page 67). Le scénario de cette «archéologie photographiée» était bien ficelé et comprenait quelques pépites. On allait ainsi des tout premiers balbutiements du Rêve à la lune ou l’Amant de la lune de Gaston Velle, en 1905 (cinq photographies originales, 3 048 €), à L’Argent de Marcel L’Herbier en 1928, en passant par Le Vertige, tourné par L’Herbier deux ans plus tôt d’après la pièce de Charles Méré (voir Gazette ci-dessus citée) : les vingt-trois photographies s’y rapportant montraient les décors de Robert Mallet-Stevens, les meubles de Pierre Chareau, les tableaux de Jean Lurçat ainsi que de Robert Delaunay et Sonia Delaunay… que du grand et beau monde ! C’est d’ailleurs cette réunion qui a obtenu la consécration, à 14 700 €. Les talents respectifs de Mallet-Stevens et Lurçat étaient sollicités également pour le tournage de L’Inhumaine (1923), considéré comme le chef-d’œuvre de Marcel L’Herbier et un joyau du cinéma muet. Cette fois, à leurs côtés, on retrouvait les noms de Claude Autant-Lara, Fernand Léger, Joseph Csaky, René Lalique, Jean Luce, ou encore les créations textiles de l’atelier Martine de Paul Poiret. Vendus en quatre lots de sept ou huit photographies, et finalement sans faculté de réunion, ces tirages originaux retenaient 9 800 € pour l’un, 12 250 € pour chacun des trois autres. Le tournage dans ces décors spectaculaires, d’une grande modernité pour l’époque, a grandement contribué au succès de ce drame dont Jaque Catelain et Georgette Leblanc étaient les vedettes. Il faut ajouter que la musique était de Darius Milhaud (les partitions ayant disparu lors d’un naufrage durant la Seconde Guerre mondiale) et les costumes de Paul Poiret.

Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau, Fernand Léger, Marcel L’Herbier, Jaque Catelain, L’Inhumaine, 1923, sept tirages argentiques d’époq
Robert Mallet-Stevens, Pierre Chareau, Fernand Léger, Marcel L’Herbier, Jaque Catelain, L’Inhumaine, 1923, sept tirages argentiques d’époque, dimensions diverses.
Adjugé : 12 250 
jeudi 17 octobre 2019 - 14:00 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Auction Art Rémy Le Fur & Associés
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne