facebook
Gazette Drouot logo print

Dans l’objectif intime du XIXe siècle

Le 18 novembre 2021, par Anne Doridou-Heim

La photographie primitive revient en force sans pour autant faire d’ombre aux ténors du XXe, Jacques-Henri Lartigue et Nan Goldin notamment.

Dans l’objectif intime  du XIXe siècle
Jean-Baptiste Frénet (1814-1889), Deux femmes, une fillette et un enfant entourant des chatons, dans un jardin, vers 1850-1855, tirage sur papier salé monté sur carton, 22 16 cm.
Adjugé : 24 700 

Si Jacques Henri Lartigue (1894-1986) arrivait en tête avec un tirage argentique de 1910 de La Course de bob (8,5 12,9 cm), déroulée à 41 600 €, et si Nan Goldin (née en 1953) séduisait à 15 600 € avec un Cibachrome Print de 1979, French Chris at the Drive-In. N.J. (69,5 102 cm) – illustrant la photographie du XXe siècle à ses deux extrêmes –, les regards étaient concentrés sur la réunion de clichés de Jean-Baptiste Frénet. Quatre-vingts lots provenant du fonds de son studio étaient en effet dispersés, pour un total de 244 530 € et de beaux scores à la clé ! Peintre, homme de science et figure politique, Frénet s’y dévoile également photographe de talent et même précurseur dans l’art du portrait. Ce contemporain de Nadar, natif de Lyon, poursuit son apprentissage à Paris dans l’atelier de Jean Auguste Dominique Ingres… On fait pire ! Cependant, et malgré un séjour à Rome dans les pas d’un autre Lyonnais qu’est Hippolyte Flandrin, ses talents de peintre ne sont pas reconnus. L’artiste en prend ombrage et se tourne vers de nouveaux médiums. La photographie est alors balbutiante et lui, qui est passionné par la chimie, ne peut que s’enthousiasmer pour toutes les possibilités qu’elle porte en germe. Dès lors, il va s’y adonner, se consacrant à un genre non encore usité, le portrait psychologique, qu’il expérimente avec succès sur ses proches. Pour l’auteur de son ouvrage de référence (paru aux éditions de La Taillanderie en 2002), Michel Régnier, Frénet est le «pionnier d’un nouvel art, celui de saisir des images intimes et familières». Et ce sont bien ces vues d’instantanés familiaux traduits avec un grand sens de la composition qui touchent. Ses tirages sur papier salé se sont négociés entre quelques milliers et 24 700 €, ce qui constitue un record mondial (source : Artnet). Ce résultat venait se poser sur ces Deux femmes, une fillette et un enfant entourant des chatons dans un jardin, une image des années 1850-1855. Fixés dans le même esprit et au cours des mêmes années, Les Enfants Frénet admirant une poupée (reproduits page 124) exprimaient 19 500 €. Il y a en effet beaucoup de tendresse dans ces regards croisés…
 

Jean-Baptiste Frénet, Les Enfants Frénet admirant une poupée, vers 1850-1855, tirage sur papier salé monté sur carton, 22,5 x 17 cm. Adjug
Jean-Baptiste Frénet, Les Enfants Frénet admirant une poupée, vers 1850-1855, tirage sur papier salé monté sur carton, 22,5 x 17 cm.
Adjugé : 19 500 
mardi 09 novembre 2021 - 14:00 - Live
Millon
Gazette Drouot
La Gazette Drouot vous offre 4articles.
Il vous reste 3 article(s) à lire.
Je m'abonne
Gazette Drouot