Visions d’enfance des peintres du Vietnam

Le 19 mars 2020, par Anne Doridou-Heim

Mai Trung Thu et Vu Cao Dam donnaient à voir leurs œuvres intimistes et poétiques.

Mai Trung Thu, dit Mai-Thu (1906-1980), Joie de vivre II, 1963, encre et couleurs sur soie, 35 95 cm.
Adjugé : 297 080 

Les peintres d’Asie revenaient en force à Drouot malgré une petite déception du côté de la Chine, où Sanyu (voir l'article Sanyu, un bouquet d’Asie à Drouot de la Gazette no 9 du 6 mars, page 46) et Lin Feng Mian (voir Gazette no 7 du 21 février, page 6) souffraient peut-être d’une période ô combien difficile. La santé était en revanche florissante pour le Vietnam, deux de ses figures majeures de l’art moderne recevant un accueil enthousiaste. De Mai Trung Thu (1906-1980) tout d’abord, une scène enfantine, vivante et colorée intitulée justement Joie de vivre II mettait du baume au cœur avec ses 297 080 €. Ce résultat la plaçait sur la quatrième marche des œuvres de l’artiste (source : Artnet), à égalité avec l’Instant musical (adjugé chez Aguttes le 26 mars 2018) et après les Femmes au bain (392 780 €, Aguttes également, le 9 octobre 2019). Juste derrière lui, on retrouvait l’un de ses complices puisqu’il s’agit de Vu Cao Dam (1908-2000). Celui-ci présentait une œuvre d’une grande délicatesse, tout à fait en osmose avec l’intimisme des maîtres de l’École des beaux-arts d’Hanoï, une Maternité dont même les tonalités retenues faisaient écho au thème tendre traité. Cette encre et couleurs sur soie retenait 271 500 €, soit la deuxième marche du podium et un record européen. Du même auteur, un Buste de jeune fille (h. 37 cm) en bronze à patine brune, posé à 54 600 €, rappelait ses premières années dans le travail de la sculpture. L’art de la laque n’était pas absent grâce à la signature d’une grande dame du médium, la Française Alix Aymé (1894-1989), qui eut en Asie la révélation de cette technique ancestrale. Ses Baigneuses, apparaissant dans les ors des frondaisons d’un panneau de laque (voir page 47 de la Gazette no 9), ne passaient pas inaperçues et séduisaient à 156 000 €. Enfin, un nom beaucoup plus rare, celui de Nguyen Duc Nung (1914-1983), sortait de l’ombre. Avec 93 600 €, sa Fillette au panier de fleurs (45 62 cm) dépeinte sur soie en 1936, dans la mouvance des œuvres de Nguyen Phan Chanh (1892-1984), était adjugée 93 600 € et décrochait un record mondial (source : Artnet). L’après-midi se concluait sur un produit total de 1 483 608 €.

Vu Cao Dam (1908-2000), Maternité, encre et couleurs sur soie, 65 x 49,5 cm. Adjugé : 271 560 €
Vu Cao Dam (1908-2000), Maternité, encre et couleurs sur soie, 65 49,5 cm.
Adjugé : 271 560 
mercredi 11 mars 2020 - 14:30 - Live
9, rue Drouot 75009 Paris
Aguttes